Eric Massin (PS)
Plein écran
Eric Massin (PS) © belga

Le PTB qualifie Eric Massin de “profiteur”, le socialiste lui répond

Il y a quelques semaines d’ici, le PTB dénonçait la double casquette enfilée par le député provincial, Eric Massin (PS). Alors que ce dernier est en charge des Affaires Sociales, son cabinet d’avocat a été chargé de recouvrir les factures impayées de l’Intercommunale de Santé Publique du Pays de Charleroi (ISPPC).

“Honteux! Eric Massin est socialiste, député provincial en charge des affaires sociales dans le Hainaut mais s’enrichit personnellement en envoyant les huissiers chez ceux qui n’arrivent pas à payer leurs factures d’hôpital. Marre de ces politiciens profiteurs qui s’enrichissent sur le dos du peuple.”

Voici les premières lignes du communiqué de presse que le Parti du Travail de Belgique (PTB) a publié sur son site web le 4 février dernier. Le chef de file des communistes au Parlement Wallon, Germain Mugemangango, n’en démordait pas: “C’est assez incroyable. D’un côté, il est censé aider les gens à travers les matières qu’il gère comme député provincial des affaires sociales et de l’autre côté, il va jouer le rôle d’huissier qui n’hésitera pas à enfoncer les patients en difficulté dans l’endettement pour récupérer ses commissions.”

Exemple

Il cite même un exemple très concret: “Une des personnes poursuivies par le bureau d’avocat de M. Massin est redevable d’une dette de 27 euros. Au final, il est probable que cette personne paiera un montant quatre fois supérieur pour s’acquitter de cette dette. Ce genre de pratiques pose déjà question en plus mais en plus, c’est mis en place par un homme politique qui est censé poursuivre l’intérêt général. C’est le ponpon!”

Réponse

Contacté par nos soins, Eric Massin, réfute ces critiques: “Je ne me graisse pas la patte sur le dos des pauvres.”

Le député provincial hennuyer détaille la situation telle qu’elle s’est présentée à lui: “A la base, les hôpitaux publics de Charleroi ont réalisé un audit. La Région Wallonne en a obtenu les résultats et a lancé une procédure de recouvrement. Le marché public a été initié. Mon cabinet d’avocat a répondu à cet appel d’offres et a obtenu un lot. Ce n’est pas moi qui décide d’envoyer les huissiers chez les gens.” 

Il explique également qu’il ne fait qu’exercer son métier: “Il faut savoir que le recouvrement de créances est une de mes matières de spécialisation.”

Choix

Pour le PTB, un choix clair doit être fait. “On ne peut pas servir deux maîtres dit le proverbe. Soit M. Massin met son énergie au service de l’intérêt général à travers les compétences des affaires sociales dont il est dépositaire. Soit il poursuit les patients qui ne savent pas payer leur dette au risque de les enfoncer encore plus dans les difficultés. Auquel cas, il doit clairement faire un pas de côté sur le plan politique” estime Germain Mugemangango.

Son parti a promis qu’il interpellerait différents niveaux de pouvoir pour clarifier ce qui lui apparaît clairement comme un conflit d’intérêt. Il comptait précisément demander des comptes au ministre wallon des pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne (PS), au Conseil Provincial du Hainaut et au Conseil d’Administration de l’ISPPC.

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.