Plein écran
© photo_news

Le réseau TEC Charleroi est perturbé: “Des cas de gale sont soupçonnés”

InterviewCe mardi 28 janvier, la circulation du TEC sera fortement dérangée. Les organisations syndicales prendront part à une manifestation nationale qui aura lieu à Bruxelles. À Charleroi, un arrêt de travail a déjà eu lieu ce vendredi. Mais cela n’a aucun rapport avec les revendications qui seront portées la semaine prochaine.

Les bus TEC ne roulent pas normalement ce vendredi à Charleroi. Un arrêt spontané du travail a été décidé par les conducteurs. “Des cas de gale sont soupçonnés parmi les chauffeurs” nous explique la secrétaire permanente en charge du TEC Charleroi à la Centrale Générale des Syndicats Libéraux de Belgique (CGSLB), Alesia Piro.

Nettoyage

“Cela est dû à une personne qui prend régulièrement le bus et qui infecte tout le monde. Évidemment, nous ne pouvons pas refuser l’accès à cette personne. Ce serait considéré comme de la discrimination. Mais nous sommes en pourparlers avec la direction pour que le nettoyage des bus soit assuré. Nous demandons également à ce que cela soit considéré comme une maladie professionnelle. Ce qui, pour l’instant, n’est pas accepté par la direction. Elle refuse de faire intervenir le médecin du travail.”

Néanmoins, les syndicats ont déjà obtenu la garantie qu’un nettoyage en profondeur des véhicules soit opéré d’ici lundi à 14 heures. Selon RTL, les trams et les locaux de pause des chauffeurs seront également désinfectés. Pour le reste, les organisations syndicales attendent un rendez-vous programmé cette après-midi pour décider de la poursuite du mouvement de protestation ou non.

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.