Le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté contre les allocations progressives

Le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté s'est à son tour opposé lundi à la proposition d'une députée fédérale N-VA de ne verser les allocations familiales totalement qu'après un séjour légal d'au moins quatre ans en Belgique durant les 10 dernières années. "Ces allocations font aujourd'hui partie de l'indispensable pour de plus en plus de familles. Elles permettent d'équilibrer le budget des ménages. Adopter une telle mesure pourrait provoquer un risque d'appauvrissement", estime sa secrétaire générale Christine Mahy.

Le réseau flamand de lutte contre la pauvreté, Netwerk Tegen Armoede, a également rejeté la proposition de la N-VA. "Les allocations familiales sont un droit inconditionnel pour chaque enfant et c'est un outil important contre la pauvreté infantile", a-t-il ainsi rappelé.

Dans le cadre du transfert de la compétence des allocations familiales vers les entités fédérées décidé lors de la sixième réforme de l'Etat, Christine Mahy insiste sur la place qu'occuperont ces allocations dans les débats à venir en Wallonie sur la manière de mieux réduire les inégalités. "Comment peut-on les revaloriser? C'est là tout l'enjeu", conclut-elle.