Le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté contre les allocations progressives

Le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté s'est à son tour opposé lundi à la proposition d'une députée fédérale N-VA de ne verser les allocations familiales totalement qu'après un séjour légal d'au moins quatre ans en Belgique durant les 10 dernières années. "Ces allocations font aujourd'hui partie de l'indispensable pour de plus en plus de familles. Elles permettent d'équilibrer le budget des ménages. Adopter une telle mesure pourrait provoquer un risque d'appauvrissement", estime sa secrétaire générale Christine Mahy.

Le réseau flamand de lutte contre la pauvreté, Netwerk Tegen Armoede, a également rejeté la proposition de la N-VA. "Les allocations familiales sont un droit inconditionnel pour chaque enfant et c'est un outil important contre la pauvreté infantile", a-t-il ainsi rappelé.

Dans le cadre du transfert de la compétence des allocations familiales vers les entités fédérées décidé lors de la sixième réforme de l'Etat, Christine Mahy insiste sur la place qu'occuperont ces allocations dans les débats à venir en Wallonie sur la manière de mieux réduire les inégalités. "Comment peut-on les revaloriser? C'est là tout l'enjeu", conclut-elle.

  1. La branche belge de Thomas Cook cherche à limiter l'impact de la faillite sur ses clients et ses employés

    La branche belge de Thomas Cook cherche à limiter l'impact de la faillite sur ses clients et ses employés

    Thomas Cook Belgique regrette que sa maison mère, Thomas Cook Group Plc, n'a pas trouvé de solution aux problèmes financiers et a dû déposer son bilan dans la nuit de dimanche à lundi, après l'échec des pourparlers avec ses créanciers. Thomas Cook Belgique, avec les marques Thomas Cook et Neckermann, emploie 600 personnes et 700.000 clients partent en vacances via ce tour-opérateur.
  2. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.