Le nombre d'infections secondaires dans le cadre scolaire est "très faible" comparé à celui constaté dans le cadre familial, qui fluctue entre 10 et 20%.
Plein écran
Le nombre d'infections secondaires dans le cadre scolaire est "très faible" comparé à celui constaté dans le cadre familial, qui fluctue entre 10 et 20%. © EPA

Le risque de contaminations est moins élevé à l'école que dans le cercle familial

Une nouvelle étude menée par Sciensano conclut que les enfants développent moins souvent des symptômes liés au nouveau coronavirus que les adultes et que les infections secondaires sont moins fréquentes à l'école qu'à la maison. Par ailleurs, les enfants souffrent rarement de complications sévères de la maladie Covid-19, a indiqué vendredi la porte-parole interfédérale Frédérique Jacob, lors de la conférence de presse du Centre de crise et du SPF Santé publique. Le rapport vient corroborer plusieurs études étrangères déjà publiées.

  1. La crise a eu un impact positif sur le gaspillage

    La crise a eu un impact positif sur le gaspillage

    La crise sanitaire a eu un impact positif sur le gaspillage alimentaire, qui a nettement baissé, selon une enquête d'Euroconsumers, la coupole européenne des associations de consommateurs dont Test Achats fait partie, auprès de 7.000 personnes dans plusieurs pays. Ainsi, 65% des répondants n'ont presque pas jeté de nourriture pendant le confinement et ce, grâce à une meilleure planification des repas et des courses et l'augmentation générale des préparations et prises de repas à la maison, contre 72% auparavant.
  2. Pension, justice, santé... : ce qu’il faut savoir sur l’accord de la Vivaldi

    Pension, justice, santé... : ce qu’il faut savoir sur l’accord de la Vivaldi

    Que comporte l'accord gouvernemental bouclé par les sept partis membres de la coalition Vivaldi? Le nouveau gouvernement fédéral mobilisera durant la prochaine législature 3,3 milliards d’euros pour des politiques nouvelles. Ce montant inclut 2,3 milliards pour des mesures sociales et 1 milliard pour la sécurité, la justice et la Défense. Il est en outre question d’1 milliard d’euros pour de nouveaux investissements pour l’informatisation des pouvoirs publics, notamment dans la justice et la sécurité, et pour les chemins de fer.