Plein écran
© Photo News

Le roi Philippe fait modifier les armoiries royales: “Il vit avec son temps”

La modernisation des armoiries royales, annoncée cette semaine par plusieurs médias, montre que le roi Philippe ne se limite pas aux traditions parfois dépassées et vit avec son temps, analyse jeudi Mark Van den Wijngaert, professeur d'histoire contemporaine à la KUB (Katholieke Universiteit Brussel). La devise de la Belgique "L'union fait la force" est désormais écrite dans les trois langues nationales.

Les armoiries royales ont été modifiées il y a deux semaines par un arrêté royal, pour la première fois depuis 1910. Jusqu'à aujourd'hui, seule la version française de la devise nationale figurait sur le blason. "Cela va tout à fait dans le sens de ce que le roi Philippe a déclaré dans son discours, à savoir qu'il veut être le Roi de tout le Royaume et de tous les Belges", analyse Mark Van den Wijngaert.

Le bouclier qui représente l'Etat allemand de Saxe, enlevé après la Première Guerre mondiale, fait également son retour sur les armoiries en référence aux origines de la famille royale. "Ce retrait était compréhensible à l'époque", poursuit l'historien. 

"Mais 100 ans se sont écoulés et nous avons de bonnes relations avec l'Allemagne. Nous siégeons avec elle au sein de l'Union européenne et de l'OTAN entre autres."
Le roi Philippe et la reine Mathilde ont par ailleurs les mêmes armoiries désormais. 

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.