Plein écran
Le Roi Philippe et Tom Van Grieken © DR.

Le Roi recevra-t-il le Vlaams Belang? “Pas de commentaire”, réagit le palais

Le Roi Philippe commence demain matin ses consultations. Tom Van Grieken, le président du Vlaams Belang, grand vainqueur des élections en Flandre, sera-t-il reçu par le chef de l’Etat? Pour l’instant, c’est motus et bouche cousue du côté du palais royal. “Nous ne donnons pas de commentaire à ce moment”, a réagi la porte-parole du palais.

Comme le veut la tradition, le souverain lancera dès demain la première phase en vue de la formation du gouvernement. En principe, le Premier ministre présente la démission de son gouvernement au Roi. Même si le gouvernement de Charles Michel est déjà démissionnaire, le Premier ministre devrait quand même être reçu.

Ensuite, le Roi rencontre ainsi les présidents de la Chambre et du Sénat, les présidents des principaux partis du pays et une série de personnalités du monde politique et socio-économique.

Jusqu’à présent, le Vlaams Belang n’a jamais été reçu par le chef de l’Etat. Aucune loi ne précise qui le Roi doit consulter. Comme le VB est désormais le deuxième parti en Flandre et que Tom Van Grieken indique explicitement qu’il veut participer au pouvoir, la question de son invitation au palais se pose. La porte-parole du palais n’a pas voulu réagir. 

Tant que le cordon sanitaire reste d’application, il semble peu probable qu’il soit reçu par le Roi. Si les autres présidents de parti informent le Roi de leur refus de collaborer avec le VB, cela n’aurait aucun sens de l’impliquer dans la formation du gouvernement.

  1. Il voulait attaquer Bruxelles cette semaine: “Je vais percuter l’ambassade en voiture”

    Il voulait attaquer Bruxelles cette semaine: “Je vais percuter l’ambassade en voiture”

    La cellule antiterroriste belge a procédé à l’arrestation de M.G. samedi. Ce Belge converti à l’islam radical avait partagé avec des pairs via la messagerie cryptée Telegram ses projets d’attentat sur l’ambassade américaine à Bruxelles. Il avait l’intention, selon ses dires, de foncer en voiture ou à bord d'un autre véhicule sur l’ambassade mais grâce à ses échanges de messages, l’homme a été tracé, localisé et arrêté 48 heures avant de mettre son plan à exécution.