Les investissements demandés pour autoriser la réouverture des salons "ne feront qu'augmenter les coûts pour des secteurs déjà au bord de l'asphyxie", estime la fédération de la beauté. De plus, pour une réouverture qui n'est même pas garantie...
Plein écran
Les investissements demandés pour autoriser la réouverture des salons "ne feront qu'augmenter les coûts pour des secteurs déjà au bord de l'asphyxie", estime la fédération de la beauté. De plus, pour une réouverture qui n'est même pas garantie... © Wannes Nimmegeers

Le secteur de la beauté ulcéré: “Des conditions inacceptables et impayables pour les salons”

Le comité de concertation, réuni vendredi, a reporté de deux semaines, au 5 février, la décision sur l'éventuelle réouverture des salons de coiffure et de beauté au plus tôt le 13 février. "Cela donne une perspective. Mais à ce jour, les conditions assorties à la réouverture des salons sont inacceptables", a réagi le président de la Fédération Belge de la Beauté (FBB), Mario Blokken, dénonçant "un manque de concertation avec le secteur".

  1. Combien devrez-vous payer si vous laissez brûler votre chauffe-terrasse électrique durant une heure?
    Monenergie.be

    Combien de­vrez-vous payer si vous laissez brûler votre chauf­fe-terrasse électrique durant une heure?

    Le variant Omicron du coronavirus se propage très rapidement. Toutefois, le risque d’infection est encore toujours plus faible à l’air libre qu’à l’intérieur. Le chauffage de terrasse vous permet de rencontrer des gens à l’extérieur même lors des journées plus froides. Mais que consomme une telle source de chaleur électrique? Monenergie.be a calculé ceci.
  2. Un terroriste d’extrême droite et sympathisant de Jürgen Conings comme agent de sécurité d’une boîte de nuit

    Un terroriste d’extrême droite et sympathi­sant de Jürgen Conings comme agent de sécurité d’une boîte de nuit

    Tomas Boutens, l’extrémiste de droite qui a été condamné à deux reprises pour terrorisme et détention d’armes, travaille illégalement comme agent de sécurité. C’est ce que révèle une enquête menée par Het Laatste Nieuws en collaboration avec le site d’information “Het Observatorium”. L’ex-militaire, qui figure sur la liste de l’OCAM, a été arrêté alors qu’il assurait la sécurité d’un dancing à Wetteren - un travail qu’il n’est absolument pas autorisé à effectuer en raison de son casier judiciaire. Il convient de noter que l’un des responsables est le dirigeant local du Vlaams Belang.
  1. Six mois avec sursis pour un conducteur de camion qui a mortellement renversé un garçon de 11 ans à Alost
    mise à jour

    Six mois avec sursis pour un conducteur de camion qui a mortelle­ment renversé un garçon de 11 ans à Alost

    Le conducteur du camion qui avait mortellement renversé un garçon de 11 ans en décembre 2019, sur le parking de l’entreprise Tereos dans le centre d’Alost, a été condamné lundi à six mois de prison avec sursis par le tribunal de police d’Alost. L’homme écope également de 4.000 euros d’amende dont 1.600 euros avec sursis, ainsi que d’un retrait de permis de conduire de neuf mois, dont trois mois avec sursis.
  2. Alain Mathot, accusé de corruption, pointe une instruction menée exclusivement à charge

    Alain Mathot, accusé de corruption, pointe une instructi­on menée exclusive­ment à charge

    Alain Mathot, 49 ans, a été interrogé lundi matin devant la cour d’appel de Liège, où il répond notamment de faits de faux, de corruption passive et de blanchiment. L’ancien député-bourgmestre de Seraing a contesté les faits et évoqué une instruction réalisée contre lui exclusivement à charge sur base des allégations d’un accusateur qui protègerait son patrimoine privé en l’accusant.
  3. Coups et blessures, sprays lacrymaux... Paul Magnette et la police de Charleroi mis en cause

    Coups et blessures, sprays lacrymaux... Paul Magnette et la police de Charleroi mis en cause

    L’année dernière, une centaine de manifestant(e)s antifascistes s’étaient rendu(e)s à Gilly (Charleroi) pour protester contre une réunion privée organisée par un nouveau parti d’extrême droite, le Parti National Européen (PNE). La police locale avait employé la manière forte pour disperser les contestataires. Ce qui a conduit le bourgmestre, Paul Magnette (PS), à demander une enquête à l’Inspection générale de la police fédérale et de la police locale. Les résultats sont maintenant connus.