Le siège de la police fédérale a coûté des millions en trop au contribuable

Mise à jourD'après un rapport d'audit confidentiel de l'Inspection des Finances, le siège de la police fédérale a coûté des dizaines de millions d'euros en trop au contribuable, indique samedi l'Echo, qui s'est procuré le document.

Dans le rapport, l'Inspection explique en détail comment des dizaines de millions d'euros ont été gaspillés dans le cadre d'un seul et unique projet: le siège principal de la police fédérale à Bruxelles.

Ce siège en question, qui a coûté 312 millions d'euros, présente un surcoût injustifié de 40 millions d'euros. La loi sur les marchés publics a été violée, un promoteur immobilier s'est retrouvé seul à la barre, personne n'était prêt à commencer les travaux, la Régie des Bâtiments n'a pas contrôlé correctement les factures, et les loyers n'ont pas été négociés. De plus, le gouvernement avait lui-même vendu le bâtiment en question à prix cassé au promoteur immobilier pour le relouer quelques années plus tard contre un loyer exorbitant, explique l'Echo.

L'Inspection des Finances met en garde contre le risque que les manquements constatés dans ce dossier se répètent dans d'autres dossiers immobiliers plus récents, en particulier parce qu'il s'agit d'importants contrats de location impliquant des travaux d'aménagement.

 Dans une réaction, la Régie des Bâtiments dit avoir pleinement coopéré à l’audit et affirme qu’elle tiendra compte des recommandations. Elle signale également que l’expertise a eu lieu il y a plusieurs années. “Nous avons déjà ajusté et affiné notre procédure interne sans attendre la publication de celui-ci”, indique-t-elle.

Le gestionnaire immobilier de l’État fédéral ajoute par ailleurs que des projets importants, tels que la construction de prisons et des marchés de promotion, “sont monitorés et sont suivis à l’aide de procédures claires et, dans certains cas, avec l’aide d’experts externes”.

  1. L'office des étrangers remet les visites domiciliaires sur le tapis

    L'office des étrangers remet les visites domiciliai­res sur le tapis

    L'association des juges d'instruction a été dûment conviée, le 27 septembre prochain, pour faire connaître son "avis" et ses "préoccupations" sur le projet de loi relatif aux visites domiciliaires du 7 décembre 2017 devant la commission temporaire chargée d'évaluer la politique de retour volontaire et d'éloignement forcé des étrangers, écrit La Libre Belgique, mercredi. Une invitation étrange, étant donné que le gouvernement est en affaires courantes et que ce projet de loi controversé date de la législature précédente.
  2. Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Les Belges et le climat: qu’attendez-vous du monde politique?

    Près de 60% des répondants à la consultation publique en ligne sur le Plan national Énergie Climat (PNEC) demandent du courage et une vision à long terme de la part du monde politique, indiquent mercredi les différents ministres régionaux et du fédéral compétents en matière d'Énergie et de Climat. Une très grande majorité des 60.000 répondants estime que la poursuite du développement des énergies renouvelables devrait être une priorité et qu'il faut investir davantage dans les éoliennes en mer pour la production d'énergie offshore.