Plein écran
© belga

Le sort de la gobeleterie Durobor dépend de l'accord des banques

La situation financière de la gobeleterie Durobor à Soignies n'est pas bonne. Les paiements de salaires et des primes de décembre risquent d'être difficiles. Un plan d'investissement pour moderniser l'outil est sur la table, mais il dépend d'un accord bancaire vital.

Les actionnaires de la gobeleterie Durobor à Soignies, Herman Green Invest et la Sogepa, doivent investir pour moderniser l'outil. Dans le cas contraire, l'entreprise pourrait aller à vers la faillite. Selon l'Echo et Sudpresse, une première phase d'investissements est prévue en 2019 à hauteur de 16 millions d'euros. Elle concernerait l'installation de trois nouvelles lignes de production pour remplacer les anciennes où la qualité des verres produits n'est plus à la hauteur de ce qui se fait chez la concurrence. Actuellement sur 100 verres produits, 57 seulement sont commercialisables contre 75 chez les concurrents. L'investissement conjoint serait de 5,5 millions d'euros, auquel doit s'ajouter un prêt bancaire de 10,5 millions.

"Le sort de l'entreprise dépend en effet de l'accord des banques", a indiqué à Belga Stefano Fragapane (FGTB). "L'actionnaire Sogepa soutient le projet d'investissement d'Herman Green mais, sans l'accord bancaire, nous risquons de gros problèmes. Durobor va mal au niveau des finances, l'entreprise pourrait être confrontée à des problèmes pour payer les salaires et primes de décembre."

L'investisseur néerlandais Herman Green a repris la gobeleterie sonégienne en juin 2017 avec l'engagement de moderniser l'entreprise et la production. "Il faut savoir que des événements sont venus plomber les bonnes intentions", a souligné Rico Zara (CSC). "Il y avait quelques cadavres dans les placards du passé et, surtout, l'incendie du four qui a nécessité un investissement immédiat non prévu d'un million d'euros, ce qui tout retardé."

Un accord de 16 millions d'euros signé lundi soir
Le projet de nouvelle usine sur un autre site a été abandonné. Lundi soir, un accord entre la Sogepa et la direction a été signé pour un premier investissement de 16 millions d'euros dont une partie est soumise à un accord de prêt bancaire. Cette première phase a pour but de moderniser l'outil et de remettre Durobor dans une logique bénéficiaire. Une seconde phase d'investissements de 22 millions à l'horizon 2022-2023, qui est tenue au succès de la première, servirait à l'achat d'un nouveau four et la construction d'un nouvel hangar de stockage. "Mais il est clair que si les banques refusent le premier dossier, Durobor ira vers la faillite."

Selon le syndicat, les signaux semblent plutôt à l'optimisme. Les banques devront donner leur décision le 21 décembre. Durobor emploie actuellement 154 travailleurs.

  1. Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge
    mise à jour

    Une affaire de pédophilie hors norme devant la justice belge

    Cinq hommes – trois Belges, un Néerlandais et un Britannique - sont accusés d’être au cœur d’un réseau pédophile sans précédent, qui a été actif en Belgique et à l’étranger. Ils auraient durant plusieurs années, fabriqué et diffusé de la pédopornographie. Il est question de 9 millions de photos et vidéos. Les suspects, pères de famille et célibataires, comparaissent vendredi devant le tribunal correctionnel de Termonde. Il y aurait des milliers de victimes, dont 38 ont pu être identifiées pour l’instant par les enquêteurs. Il s’agit des propres enfants des suspects, beaux-enfants et enfants de connaissances. “C’est le plus gros dossier depuis la création de Child Focus”, confirme Kris Luyckx, l’avocat qui représente l’organisation qui lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants.
  2. Un cas d'euthanasie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Un cas d'euthana­sie devant les assises: “J'ai agi en respectant la loi”

    Le médecin qui a procédé à l'euthanasie volontaire de Tine Nys (38 ans) en 2010, et qui doit répondre d'empoisonnement devant la cour d'assises de Gand, a indiqué lundi qu'il s'était conformé à la loi sur l'euthanasie. "J'ai effectué une euthanasie légalement correcte. Celle-ci a été approuvée à l'unanimité par les personnes qui examinent les conditions légales", a déclaré le médecin, se référant à la Commission fédérale de contrôle et d'évaluation de l'euthanasie.