Plein écran
© Getty Images

Le taux belge à dix ans à un taux historiquement bas: et pour nous, ça change quoi?

Mise à jourC'est historique: le taux d'intérêt belge à long terme est pour la première fois descendu à un niveau négatif. 

A 8h30, le taux à dix ans atteignait -0,022%. La situation est similaire en Allemagne, en France, en Finlande, aux Pays-Bas et en Autriche, rapporte l'agence Bloomberg. Le faible taux d'intérêt est une bonne nouvelle pour les emprunteurs et pour le Trésor belge, mais une mauvaise nouvelle pour les épargnants. Il y a un peu plus d’un an, le taux atteignait encore 1%, ce qui constituait déjà un plancher. Le niveau n’a cessé de dégringoler depuis lors, avec une forte accélération de la tendance en juin.

“Ce n’était qu'une question de temps en Belgique”

Les rendements sont à la baisse partout en Europe, la référence allemande à dix ans ayant plongé à -0,399% mercredi. Les investisseurs constatent que la BCE semble prête à encore assouplir sa politique monétaire. Plusieurs de ses membres ont fustigé en début de semaine le trop faible niveau de l’inflation dans la zone euro.

“Ce n’était qu’une question de temps avant que le taux belge à long terme plonge à un niveau négatif”, réagit mercredi l’Agence de la dette par la voix de son directeur stratégique Jean Deboutte. Les taux sont à la baisse depuis des mois, tirés vers le bas par le changement de cap de la Réserve fédérale américaine et l’incertitude née des tensions commerciales à l’échelle mondiale.

Les prévisions relatives à l’inflation restent basses, ce qui a amené la BCE à s’interroger. Une baisse du taux de dépôt - qui est déjà négatif - ou relancer le rachat de dettes sont des options à nouveau envisagées. Des éléments qui pèsent sur les taux, souligne M. Deboutte.

Le directeur stratégique de l’Agence n’est pas inquiet pour le financement de la dette cette année, déjà réalisé aux trois quarts. La dernière évaluation des charges d’intérêt est de 1,82% du PIB, soit une diminution. “On pensait il y a quelque temps ne pas pouvoir descendre sous les 2%”, commente M. Deboutte. La tendance pour les prochaines années évolue vers 1,5%, et même moins en 2023. Ce qui est positif pour la Belgique, dont la dette dépasse les 100% du PIB.

Et concrètement, qu’est-ce que cela signifie?

Ces taux négatifs ont naturellement des conséquences pour le consommateur. C’est évidemment une bonne nouvelle pour ceux qui veulent emprunter. Les prêts hypothécaires à taux fixe sur 20 ans à moins de 1,30% ne relèvent plus de l’exception. Les emprunts à court terme bénéficieront également de taux plus attractifs. Malgré les informations au sujet du volume d’emprunts à taux trop bas, les banques continuent de pratiquer ces taux en chute libre.

Le contribuable sera ravi aussi. Les taux très bas voire négatifs profitent à l'État car les gouvernements empruntent eux aussi moins cher et gagnent même de l’argent en empruntant. Forcément tout bénéfice pour les pays dont la dette est élevée.

Ceux qui n’y gagnent rien sont les épargnants. De moins en moins de comptes-épargne rapportent encore quelque chose, même un profit infime. Les taux d’intérêt de base sont limités à 0,01%, tout comme la prime de fidélité. Les premiers étant calculés pour chaque jour d’épargne, tandis que la deuxième est octroyée pour une année révolue d’épargne.

  1. Le match des Diables et le concert d’Angèle provoquent d’importants embarras de circulation

    Le match des Diables et le concert d’Angèle provoquent d’importants embarras de circulati­on

    Le trafic était redevenu fluide à Bruxelles mardi peu avant 21h00. En début de soirée, d’importants embarras de circulation avaient été signalés, notamment au niveau du ring qui était à l’arrêt entre Dilbeek et Wemmel, en raison du concert de la chanteuse Angèle au Palais 12 de Brussels Expo où 14.000 personnes étaient attendues et du match de football Belgique-Chypre au stade Roi Baudouin qui devait attirer quelque 40.000 spectateurs, avait indiqué la porte-parole de Bruxelles-Ixelles Ilse Van de Keere.