Cet homme de 44 ans, un ancien chauffeur de la Stib, avait approché plusieurs étudiantes de l’Université libre de Bruxelles (ULB) qui sortaient de guindailles, en rôdant autour des campus après son service à la Stib, entre 2016 et 2019.
Plein écran
Cet homme de 44 ans, un ancien chauffeur de la Stib, avait approché plusieurs étudiantes de l’Université libre de Bruxelles (ULB) qui sortaient de guindailles, en rôdant autour des campus après son service à la Stib, entre 2016 et 2019. © Photo News

Le violeur en série de l'ULB condamné à 12 ans de prison

Mise à jourLe tribunal correctionnel de Bruxelles a reconnu, mardi matin, Yassine B. coupable de toutes les préventions de viol, d’attentat à la pudeur et de menace pour lesquelles il était poursuivi. Il l’a condamné à 12 ans de prison ainsi qu’à cinq ans de mise à disposition du tribunal de l’application des peines (TAP). 

  1. Zoë ne porte pas de masque pour des raisons médicales, son école la traite comme “un paria”

    Zoë ne porte pas de masque pour des raisons médicales, son école la traite comme “un paria”

    L’Institut d’Agriculture et d’Horticulture d’Oedelem, en Flandre occidentale, est sans pitié pour une jeune fille de 15 ans qui, pour des raisons médicales, ne doit pas porter de masque buccal à l’école. Zoë Van Eekel doit s’asseoir au fond de la classe derrière une vitre en plexiglas, n’est pas autorisée à aller aux toilettes si quelqu’un d’autre est présent et doit garder une distance d’un mètre et demi avec tout le monde. Furieux, ses parents ont décidé de la garder à la maison. “Notre fille est traitée comme un paria”, regrette son père Cédric.