Plein écran
La “carte d’identité flamande” du Vlaams Belang © Belga/Vlaams Belang

Le Vlaams Belang vend des “cartes d’identité flamandes” au profit d’une association

Le parti du Vlaams Belang a remis à tous les députés une fausse “carte d’identité flamande” et a lancé une action permettant au grand public de s’en procurer. Les bénéfices iront à l’association Boven De Wolken, qui aide les parents d’enfants mort-nés. L’association n’était pas au courant et réagit aujourd’hui avec colère.

“L’identité flamande, c’est aussi la solidarité”, a déclaré Tom Van Grieken, le président du parti, dans un communiqué de presse. “Le Vlaams Belang considère que l’électeur flamand veut avant toute chose un État flamand indépendant. Un État où nous pourrions protéger notre propre identité, nos propres valeurs, nos normes et notre culture. Un État où nous ferions passer notre peuple en premier”.

Le parti vend “symboliquement des cartes d’identité flamandes afin de mettre l’accent sur la volonté du peuple pour une Flandre indépendante”. Les bénéfices de la vente seront versés à l’asbl Boven De Wolken (“Au-dessus des nuages”), dans le cadre du mouvement De Warmste Week. Cette asbl offre à chaque parent d’un enfant mort-né la possibilité de se faire photographier gratuitement avec son bébé décédé. 

“Notre nom est utilisé pour un message politique”.

L’asbl se dit choquée et en colère. Elle demande à ce que tous les messages politiques soient supprimés de sa page Facebook. “Nous sommes là pour tous ceux qui perdent un bébé en Belgique, quelle que soit la couleur de leur peau, leur origine, leur orientation sexuelle ou leurs convictions politiques. Nous n’avons pas de couleur politique et nous voulons que cela reste ainsi.”

“Quiconque veut nous soutenir peut le faire, car nous ferons un bon usage des dons. Mais dans ce cas-ci, l’argent ne vient pas de la vente de gaufres ou de biscuits. Notre nom est utilisé pour transmettre un message politique. Nous voulons explicitement prendre nos distances par rapport à cela”. 

Le parti “déçu”

Plusieurs politiciens qui ont reçu la carte ont également réagi avec mécontentement. La députée flamande Stephanie D’Hose (Open Vld) s’interroge: “ Voilà comment vous gérez l’argent du contribuable? Vous utilisez mes données personnelles pour imiter une fausse carte d’identité qui coûte cher?  Vous profitez du mouvement de la Warmste Week pour faire ce genre de message?”. “Une autre nationalité ? Je pensais que vous trouviez que j’en avais déjà trop”, se demande sa collègue Sihame El Kaouakibi sur Twitter.

Tom Van Grieken, président du Vlaams Belang, se dit “particulièrement déçu” par les “réactions sans cœur” de ses “opposants politiques”, écrit-il sur Twitter. “Le Vlaams Belang contribue depuis des années au mouvement De Warmste Week, à sa manière et toujours avec l’approbation des organismes de bienfaisance, toujours dans le respect”. Tom Van Grieken fait référence aux ventes d’autocollants, de tasses ou de calendriers portant le logo flamand qui avaient eu lieu dans le passé.