Plein écran
Jour de fête nationale en Belgique. © BELGA

Les Belges seraient les plus heureux d’Europe

Selon une enquête menée par Eurostat, les Belges sont les habitants les plus heureux de l’Union européenne. 

Les Belges ont la frite. C’est en tout cas le résultat d’une étude menée en 2018 par l’organisme officiel Eurostat et selon laquelle 76% de nos compatriotes se sentent heureux. 

Pour arriver à cette conclusion, Eurostat a demandé à la population européenne de classer son bonheur sur l’échelle suivante: heureux “tout le temps”, “la plupart du temps”, “de temps en temps”, “parfois”, ou “jamais”.

Derrière la Belgique, on retrouve notamment nos voisins néerlandais, l’Autriche et la Finlande. A noter que la France se classe en 9e positition, un poil au-dessus de la moyenne européenne fixée à 62%. Les trois pays qui ferment la marche sont la Croatie, la Bulgarie et la Lettonie.

  1. De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus
    procès pédopornographie

    De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus

    Une deuxième journée est prévue au procès pour pédopornographie, devant le tribunal correctionnel de Termonde. La prochaine audience aura lieu le 11 février à 14h00. Le jugement est attendu au plus tôt le 10 mars. Le tribunal a requis la présence de l’un des prévenus, Dimitry D., à la prochaine audience. Celui-ci était effectivement absent vendredi, ce qui n’a pas plu à la juge. Le parquet a requis entre 10 et 15 ans de prison à l’encontre des cinq prévenus.
  1. Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Des gants de boxe pour un centre d’asile: un nouveau tweet de Francken sème la zizanie

    Le parlementaire nationaliste et ex-secrétaire d'État à l’Asile et la Migration Theo Francken provoque toujours des remous chez Fedasil, un an après avoir remis ses fonctions à Maggie De Block. En cause: une annonce, lancée par un employé de Fedasil qui se disait à la recherche de gants de boxe pour le centre de Poelkapelle, et que Theo Francken a relayée pour créer la polémique mais sans prendre la peine de masquer les coordonnées de l’intéressé. Depuis, le travailleur reçoit des menaces par téléphone. “C’est ce qui arrive quand on publie sans réfléchir sur les réseaux sociaux”, soupire Mieke Candaele, directrice de la communication de Fedasil.