Image d'illustration
Plein écran
Image d'illustration © Gregory Van Gansen / Photo News

Les Belges sont nombreux à opter pour des maisons de vacances dans le pays

Belvilla, une entreprise de location de maisons de vacances, a observé une augmentation de 20% du nombre de réservations pour les mois d'été en Belgique. Les régions dans lesquelles les réservations sont les plus importantes sont le Luxembourg, Liège et Namur. "Cette année, les Belges préfèrent passer leurs vacances au pays, une tendance qui est également visible dans le reste de l'Europe", selon Belvilla.

"Au début, il y a eu une stagnation (des réservations), comme si les Belges voulaient attendre de voir la suite des mesures. Maintenant, ils sont nombreux à réserver en Belgique. Il s'agit principalement de réservations de maisons familiales", explique Hanita van der Meer, responsable des relations publiques chez Belvilla.

Outre notre pays, la société propose également des maisons de vacances dans 19 autres pays. En mars, les réservations dans le reste de l'Europe se sont complètement arrêtées et il y a eu de nombreuses annulations en raison de la fermeture des frontières, ou parce que les gens ne voulaient ou n'osaient pas voyager, explique-t-elle.

Ces dernières semaines, la hausse des réservations a été observée dans différents pays européens. Ces locations sont principalement effectuées par des personnes qui réservent dans leur propre pays durant l'été ou l'automne. L'augmentation est la plus importante au Danemark, où la société a enregistré une croissance hebdomadaire de 75%. Dans des pays comme l'Autriche, la France et l'Allemagne, Belvilla a connu une croissance hebdomadaire de plus de 50%.

  1. Une quarantaine en labo sous supervision de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Une quarantai­ne en labo sous supervisi­on de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Le désormais célèbre virologue Marc Van Ranst a communiqué à l’avocat de Selena Ali, la propriétaire du chat péruvien, que son laboratoire de l’université de Louvain pouvait se charger de la quarantaine de Lee. “Vu que la rage est une maladie excessivement mortelle, et qu’elle nécessite des précautions extrêmes, une période de quarantaine peut être nécessaire”, résume-t-il en ajoutant qu’il est hautement improbable que le petit chat développe la maladie ultérieurement.