Paul Magnette et  Bart De Wever, présidents du PS et de la N-VA.
Plein écran
Paul Magnette et Bart De Wever, présidents du PS et de la N-VA. © Photo News

Les bourgmestres N-VA largement favorables à une alliance avec le PS au fédéral

Selon les bourgmestres N-VA du pays, un gouvernement fédéral associant les nationalistes flamands et le PS est certainement envisageable, peut-on lire jeudi matin dans les pages du Standaard.

Le journal flamand est parvenu à interroger 38 mayeurs N-VA (sur 53) à ce sujet, et a reçu pour réponse auprès d'une très large majorité d'entre eux (32) qu'une collaboration avec les socialistes francophones au fédéral est une possibilité. Seuls deux bourgmestres disent clairement "non" à une telle alliance tandis que quatre autres préfèrent ne pas donner leur avis. 

Des commentaires reçus, il ressort deux constats mis en avant par les bourgmestres: qu'il est tout à fait possible de négocier avec les socialistes, et qu'il est important pour le niveau local que la N-VA participe à une majorité fédérale. Des décisions fédérales en matières de justice, de secours ou de police ont des conséquences au niveau local. Si la N-VA veut donc réellement jouer un rôle en vue, elle n'a pas d'autre choix que de monter dans un gouvernement au fédéral, constatent de nombreux bourgmestres de ses propres rangs. 

Des deux qui préfèrent qu'on abandonne la piste d'une alliance N-VA - PS, l'un veut rester anonyme et indique vouloir que l'électeur retourne aux urnes, tandis que l'autre est Kurt Ryon, de Steenokkerzeel, où la N-VA est au pouvoir avec le cartel "Klaver". "Il faut arrêter", explique-t-il à la rédaction du Standaard. "Je n'arrive plus à expliquer cela dans mon village. Ce n'est pas la tâche de la N-VA de maintenir le pays debout au niveau fédéral".

  1. Charleroi n’aura pas de PEPS ce printemps

    Charleroi n’aura pas de PEPS ce printemps

    La semaine dernière, la Ville de Charleroi avait décidé d’annuler les Plaines Éducatives de Proximité Saisonnières (PEPS) de Printemps suite à la crise du coronavirus. Deux exceptions toutefois: celle de Montignies-sur-Sambre et celle de Couillet. Des navettes étaient même prévues depuis le site de Monceau Cool Heures pour transporter les enfants vers la plaine de Montignies-sur-Sambre. Mais un événement récent a fait voler ces intentions en éclat.
  2. Il parcourt six kilomètres à pied en quittant l’hôpital: “Les taxis ne voulaient pas venir me chercher”
    Waregem

    Il parcourt six kilomètres à pied en quittant l’hôpital: “Les taxis ne voulaient pas venir me chercher”

    Luc Schreppers (52 ans) a eu le droit à un voyage à pied de six kilomètres en quittant l’hôpital de Waregem vendredi soir, après avoir été diagnostiqué négatif au coronavirus. Aucun taxi n’a voulu le ramener chez lui. “Je ne suis absolument pas en colère contre l’hôpital qui a d’autres priorités. Je suis particulièrement déçu par les compagnies de taxi”, explique-t-il à HLN.