Plein écran
Philippe De Backer (Open Vld) © belga

Les CPAS pourront aussi signaler la fraude sociale

Le secrétaire d'État à la Lutte contre la fraude sociale Philippe De Backer (Open Vld) a envoyé une lettre aux CPAS leur donnant désormais accès au point de contact pour une concurrence loyale, indique vendredi le quotidien De Standaard. Il ne s'agit toutefois pas d'une obligation de signalement des cas de fraude sociale, selon le libéral flamand, qui affirme que le secret professionnel des employés des CPAS n'est pas mis en danger.

Le point de contact pour une concurrence loyale offre aux citoyens, aux entreprises et aux organisations, la possibilité de signaler des cas présumés de fraude sociale - travail au noir, fraude aux allocations familiales, ... - , en un point unique. Les travailleurs sociaux ne pouvaient auparavant pas, en vertu de leur secret professionnel, communiquer d'informations via ce canal, mais la missive envoyée par le secrétaire d'État leur permet désormais.

Aucune obligation de signalement n'est cependant mise en place. Par ailleurs, le conseil du CPAS devra se prononcer collectivement avant tout signalement éventuel. "Comme nous demandons à ce conseil de prendre une décision collective sur le signalement d'une personne, le secret professionnel du travailleur individuel n'est pas en danger", estime M. De Backer.

  1. La branche belge de Thomas Cook cherche à limiter l'impact de la faillite sur ses clients et ses employés

    La branche belge de Thomas Cook cherche à limiter l'impact de la faillite sur ses clients et ses employés

    Thomas Cook Belgique regrette que sa maison mère, Thomas Cook Group Plc, n'a pas trouvé de solution aux problèmes financiers et a dû déposer son bilan dans la nuit de dimanche à lundi, après l'échec des pourparlers avec ses créanciers. Thomas Cook Belgique, avec les marques Thomas Cook et Neckermann, emploie 600 personnes et 700.000 clients partent en vacances via ce tour-opérateur.
  2. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.