Plein écran
© afp

Les déboires de BNP Paribas pourraient coûter cher à la Belgique

La menace d'une amende record pour BNP Paribas aux Etats-Unis pourrait avoir des conséquences en Belgique, car elle pourrait priver de dividendes l'Etat belge, actionnaire de la banque, et réduire la valeur de sa participation, ont souligné samedi les média belges. La Belgique détient 10,3% du capital du groupe BNP-Paribas par l'intermédiaire de la Société fédérale de participations et d'investissements et cette participation a fait rentrer 192 millions d'euros dans les caisses de l'Etat 2013.

Accusée d'avoir enfreint l'embargo américain à l'encontre de pays comme le Soudan ou l'Iran, BNP Paribas pourrait écoper d'une amende de plus de 10 milliards de dollars et d'un retrait de sa licence outre-Atlantique, selon le Wall Street Journal, qui cite des sources proches du dossier non identifiées. BNP Paribas a les moyens de payer et l'amende n'aura aucune conséquences pour l'épargne des clients de BNP-Paribas-Fortis en Belgique.

Mais l'amende aura un effets sur les résultats avec une perte nette de 500 millions d'euros, estiment les analystes cités par le quotidien économique belge l'Echo. BNP-Paribas pourrait puiser dans ses fonds propres (91 milliards d'euros), mais l'opération serait mal accueillie car la Banque Centrale Européenne soumet les banques européennes a un test de résistance.

Une amende de 10 milliards de dollars (7,35 milliards d'euros) "ramènerait le ratio de solvabilité de la banque de 10,5% à 9,5%, ce qui reste supérieur aux 9% imposé par l'UE, mais risque d'inquiéter les marchés", souligne Jean Sassus, analyste financier auprès de la banque d'affaire Oddo.

L'autre option est de ne pas verser de dividendes à ses actionnaires en 2014 avec pour conséquences une perte de rentrées pour le budget de la Belgique. L'Etat belge a un second motif d'inquiétude: le cours de l'action a clôturé vendredi à 51,37 euros. Or la Belgique a acheté sa participation à 58 euros et veut se désengager de la banque. Le cours risque de rester sous pression un certain temps, estime Christophe Nidjam, analyste pour Alpha Value.

La sanction infligée aux Etats Unis pourrait avoir des conséquences pour la banque de financements et d'investissements de BNP Paribas, avertissent les analystes. "L'Etat belge doit savoir ce qu'il veut car après l'opération, si BNP doit couper la banque d'investissement en deux, la BNP ne cotera plus à 50 mais à 30", explique Jean Sassus. Le gouvernement belge expédie les affaires courantes depuis les élections législatives du 25 mai, le temps que les partis s'entendent sur la coalition qui gouvernera le royaume.

  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.
  2. Deux personnes inculpées de traitements inhumains sur un sexagénaire à Dampremy

    Deux personnes inculpées de traite­ments inhumains sur un sexagénai­re à Dampremy

    La belle-fille d'un sexagénaire et le frère de cette dernière ont été inculpés de traitements inhumains et dégradants sur J.B., âgé de 63 ans, à Dampremy, indique mercredi le parquet de Charleroi. La victime a subi différents sévices après avoir été recueilli chez son fils et sa belle-fille à la suite de thromboses. Elle devait en outre vivre en dehors de leur maison entre 6h00 et 22h00.
  3. Catastrophe ferroviaire de Buizingen: après la SNCB, Infrabel plaide à son tour l'acquittement
    Play
    Mise à jour

    Catastrop­he ferroviai­re de Buizingen: après la SNCB, Infrabel plaide à son tour l'acquitte­ment

    La société Infrabel a plaidé l’acquittement, mercredi, devant le tribunal de police de Bruxelles qui juge l’accident ferroviaire de Buizingen. Selon elle, ni la présence du système IOT ni une position de sécurité des aiguillages n’aurait permis d’éviter la catastrophe. La société s’estime donc non coupable. La SNCB, Infrabel et un conducteur de train sont prévenus pour avoir commis des fautes ayant conduit à l’accident, survenu le 15 février 2010.