La septantaine de demandeurs d’asile occupant depuis le 12 mars le bâtiment appelé à accueillir le futur centre de crise national ont fait savoir lundi qu’ils ne quitteront pas les lieux tant que le gouvernement fédéral n’aura pas trouvé une solution viable pour les reloger.
Plein écran
La septantaine de demandeurs d’asile occupant depuis le 12 mars le bâtiment appelé à accueillir le futur centre de crise national ont fait savoir lundi qu’ils ne quitteront pas les lieux tant que le gouvernement fédéral n’aura pas trouvé une solution viable pour les reloger. © BELGA

Les demandeurs d'asile occupent toujours le bâtiment du futur centre de crise: “Nous ne manquons de rien”

La septantaine de demandeurs d’asile occupant depuis le 12 mars le bâtiment appelé à accueillir le futur centre de crise national ont fait savoir lundi qu’ils ne quitteront pas les lieux tant que le gouvernement fédéral n’aura pas trouvé une solution viable pour les reloger. Le juge de paix de la commune de Saint-Josse-ten-Noode se prononcera à ce sujet mardi.

  1. Les récits poignants des demandeurs d’asile: “Cela fait des mois que l’on dort dans les rues sans savoir où aller”
    Crise de l'accueil

    Les récits poignants des demandeurs d’asile: “Cela fait des mois que l’on dort dans les rues sans savoir où aller”

    Une délégation de parlementaires s’est rendue jeudi matin dans le bâtiment occupé par une septantaine de personnes qui n’ont pas de places d’accueil dans le réseau de Fedasil. Quelques demandeurs d’asile entourés de volontaires qui leur viennent en aide ont livré leur récit, parfois poignant, et interpellé les députés sur leur situation, faite d’errance, d’incompréhension et d’incertitude depuis plusieurs mois.