Plein écran
Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS). © Photo News

Les députés ont 48 heures pour décider de soutenir ou non le gouvernement bruxellois

Les députés bruxellois décideront par un vote, samedi après 16 heures, s'ils accordent leur confiance au nouveau gouvernement bruxellois socialiste, écologiste, DéFI et Open Vld, soit 48 heures après la lecture de la déclaration politique lue jeudi par Rudi Vervoort.

Le ministre-président bruxellois, qui s'est succédé à lui-même, à la tête d'une coalition régionale sensiblement remaniée, a exposé les intentions des partenaires appelés aux commandes du navire régional pour les cinq prochaines années.

Il l'a fait en mêlant les matières de la Région et celles de la Commission Communautaire Commune, une première depuis la naissance de la Région-capitale.

"A l'échelle du territoire bruxellois, les réponses pertinentes aux enjeux sociaux, environnementaux et économiques sont transversaux. Le citoyen ne peut souffrir d'une division institutionnelle. Nous entendons, dès lors, exercer les nouvelles compétences relevant tant de la Région que de la Commission Communautaire commune au moyen de politiques croisées", a justifié le ministre-président.

M. Vervoort a brossé un tableau un peu plus détaillé que celui qu'il avait présenté il y a deux jours à la presse, des actions qui seront entreprises au cours des cinq prochaines années pour répondre aux urgences sociale et climatique et améliorer une série d'aspect de gouvernance démocratique, institutionnelle et financière en Région-capitale.

“Zéro carbone à l’horizon 2050" 

Il a notamment souligné que la stratégie de long terme dont la Région sera dotée pour répondre aux objectifs internationaux et à celui de neutralité "zéro carbone à l'horizon 2050" sera appuyée sur un débat public, sur une expertise scientifique, et sur une évaluation par un comité interdisciplinaire indépendant.

Face à l'urgence sociale, Rudi Vervoort a confirmé la mise en place d'un Plan d'urgence pour la politique sociale du logement afin d'apporter une solution à 15.000 ménages en attente de logement social. Il ne s'agira pas seulement de construire des nouveaux logements sociaux, mais de recourir à d'autres moyens pour en mettre à disposition (appel public pour acquérir des logements existants ou en cours de production; accélérer les procédures urbanistiques our faciliter leur création). On agira aussi sur des leviers pour réduire les prix d'achat du logement pour les ménages par exemple en mettant des terrains publics à disposition.

De nouvelles mesures sont annoncées pour favoriser la création d'emplois "durables et de qualité". La garantie emploi jeune sera transformée en "garantie solution" (emploi et/ou formation) pour tous les demandeurs d'emplois. Les plus de 55 ans ne seront pas oubliés.

Zone 30 généralisée

Face au défi climatique qui s'amplifie, Rudi Vervoort s'est attardé au volet mobilité de l'accord, pour confirmer l'objectif de la généralisation de la limite de vitesse à 30km/h, dans les quartiers, le 50 devenant l'exception de mise sur les grands axes. Il y aura selon lui un "plan ambitieux" pour doubler la part modale du vélo en cinq ans. Un nouveau plan directeur Tram sera élaboré, visant la création de nouvelles lignes (vers Neder et Tour et Taxis), y compris en mettant des rails sur des lignes de bus actuellement fort fréquentées (95 et 49). Des lignes seront prolongées (3 et 9 vers le Heysel).

Autres engagements dans ce domaine: la défense d'une "vision zéro" mort et blessé grave et la gratuité, dès l'année prochaine des transports publics pour les moins 25 et +65.

La participation citoyenne sera renforcée. Sur des thématiques générales, il y aura des conseils des ministres associant la société civile.

Des états-généraux consacrés à l'organisation des communes, CPAS et zones de police seront organisés dès la rentrée.

Décumul intégral

Sont enfin dans le pipeline, le renforcement de l'ancrage de la démocratie locale, le décumul intégral, la diminution du nombre d'échevins et revalorisation du mandat local en s'inspirant des exemples de la Flandre et de la Wallonie. Une coordination régulière des actions de la Région et des communes sera menée via une plate-forme commune baptisé "R+19".

La candidature de Bruxelles, capitale européenne de la culture en 2030 sera préparée et introduite, en partenariat avec les communes de la capitale.

Les députés débattront de la déclaration initiale du nouveau gouvernement vendredi. Pour nombre d'entre eux, ce sera véritablement le baptême du feu, la composition de l'assemblée bruxelloise ayant été profondément remaniée le 26 mai dernier. 

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.