Les designs de deux étudiants issus de Saint-Luc sur des bouteilles Bernard-Massard

Les designs d’une Liégeoise et d’un Theutois, tous les deux diplômés de Saint-Luc, à Liège, ont été sélectionnés et apparaîtront sur les bouteilles de la cuvée de fin d’année de la célèbre marque de vins Bernard-Massard. Un récompense qui sonne comme une confirmation pour la première et comme un nouveau point de départ pour le second.

Ilse Theunissen et Florian Caucheteux.
Plein écran
Ilse Theunissen et Florian Caucheteux. © Bernard-Massard

La célèbre marque grand-ducale Bernard-Massard avait lancé, avant l’été, un concours ouvert aux artistes amateurs. Ceux-ci étaient invités à créer un design, pour la bouteille de la cuvée “Signature Édition” du producteur, sur le thème red (rouge). En juin dernier, la marque a annoncé les grands gagnants du concours “REDDESIGN”. Si trois lauréats devaient être sélectionnés, ce sont finalement six artistes qui ont été choisis. Parmi eux, une Liégeoise et un Theutois, tous les deux issus de l’école supérieure des arts de Saint-Luc, en Outremeuse.

La confirmation

La Liégeoise Ilse Theunissen, 22 ans à peine, travaille actuellement dans une agence de graphisme. Elle a décidé de participer au concours de la maison Bernard-Massard un peu au hasard, au détour d'une publication qu’elle avait vue que les réseaux sociaux. Sans y croire plus que ça, elle s’est lancée et a bien fait, puisqu’elle a reçu le prix du jury. Elle n’est pas à son coup d’essai en matière de concours et de design. En 2017, elle a en effet remporté celui de CréaPicto lancé par la Région wallonne. Il visait à créer un nouveau logo pour les parcs d’activité économique (PAE). Sa création, qui lui a valu une récompense de 10.000€, est visible sur les routes wallonnes.

Les deux designs des Belges.
Plein écran
Les deux designs des Belges. © Bernard-Massard

Un concours salvateur

Florian Caucheteux, peut-être plus connu sous son nom d’artiste Florkey, n’est pas novice non plus. Et pas un inconnu, de surcroit, puisqu’il a géré la galerie d’art verviétoise Nao Expo. Le Theutois, diplômé en 1998 de l’ESA Saint-Luc en Publicité et Graphisme, connaissait déjà le concours. Des artistes qu’il apprécie, comme Koene et Denis Meyers, y avaient participé par le passé et il s’est dit qu’il allait également tenter sa chance. Il fait partie de la sélection du jury, ce qui est une belle récompense pour le jeune homme qui est lauréat pour la première fois d’un concours auquel il participe.

Un concours qui a indéniablement boosté les deux artistes et surtout Florian, qui sort de moments difficiles. Après avoir quitté la galerie Nao Expo, on lui diagnostiquait une tumeur au cerveau. Mais sa victoire a certainement réussi à lui donner confiance.  Le 23 novembre, il va d’ailleurs présenter son œuvre, le nom de Bernard-Massard en graffiti, à la galerie Jour et Nuit, à Verviers. Il exposera également ses nouvelles créations, lors de l’exposition collective “Mariage d’artistes”, au Chant des Oiseaux, à Ensival, les 8, 9, 10 et 11 novembre.

  1. Le préavis de grève de la police fédérale temporairement suspendu

    Le préavis de grève de la police fédérale temporaire­ment suspendu

    Le préavis de grève au sein de la police fédérale a été suspendu jusqu'à mardi, a annoncé la CSC-ACV vendredi après une concertation sociale. Les syndicats avaient déposé un préavis de grève après que les agents se sont plaints d'un manque de matériel de protection contre le coronavirus. S'ils sont bien reconnus comme groupe prioritaire, les syndicats ne sont pas d'accord avec la prise en compte du risque.
  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.