Plein écran
© anp

Les F-16 belges seront dotés de "petites" bombes de précision

L'armée belge a entamé l'acquisition de bombes pour avions de plus petite taille (environ 125 kg au lieu du double pour les munitions généralement larguées dans des opérations récentes, comme en Irak), mais elle n'en disposera en principe que vers la fin 2017, en raison notamment de la durée des livraisons, a-t-on appris vendredi de sources militaires concordantes.

Cet achat a été approuvé le 24 mars dernier par le Conseil des ministres qui a donné son aval au lancement d'une procédure de marché public pour l'acquisition pour la flotte d'avions de combat F-16 de la composante Air d'une "capacité opérationnelle initiale" (en anglais "Initial Operational Capability", IOC) d'armes air-sol capables de ne provoquer que des "dommages collatéraux très faibles".

La procédure retenue est celle d'un achat direct aux Etats-Unis, appelée FMS ("Foreign Military Sale"), via le Pentagone, a précisé un haut responsable militaire à l'agence Belga sous le couvert de l'anonymat.

Ce marché concerne un nombre non précisé de bombes GBU-39 A/B "Small Diameter Bomb" (SDB) de 250 livres (environ 125 kg). Ces munitions, dotées d'une charge deux ou quatre fois moindres que les actuelles bombes en service - de 250 ou d'une tonne, la Belgique ne disposant pas du modèle intermédiaire de 500 kg.

Les GBU-39 sont, en plus de la faible quantité d'explosif emporté, équipées de d'ailes en forme de losange qui se déploient après largage, leur permettant de planer et d'augmenter leur rayon d'action à plusieurs dizaines de kilomètres, tout en réduisant les risques de dommages collatéraux.

Mais le délai de fabrication de ces bombes par le groupe américain Boeing, combiné à la demande importante pour ces engins dans des conflits récents (Afghanistan, Irak Syrie), font que les livraisons peuvent prendre plusieurs années, a ajouté ce responsable militaire.

Or, la Belgique vient de reprendre, pour une durée d'un an, sa place au sein de la coalition dirigée par les Etats-Unis pour combattre le groupe djihadiste Etat islamique (EI) en Irak - et désormais aussi en Syrie -, succédant aux Pays-Bas pour une mission menée au départ de la Jordanie dans le cadre de l'opération "Inherent Resolve".

La force aérienne néerlandaise a, au cours des derniers mois, fréquemment utilisé des SDB lors d'attaques contre des positions de l'EI (Daech, selon son acronyme arabe).

Mais il semble extrêmement difficile pour la Belgique d'obtenir en prêt - une formule régulièrement pratiquée entre pays de l'Otan - des GBU-39, dans l'attente des livraisons, comme le suggérait récemment le chef de la Défense (Chod) sortant, le général Gerard Van Caelenberge.

A l'exportation, ces munitions sont en effet "marquées" pour n'être utilisées que par un seul pays en vertu de l'application de codes spécifiques, a expliqué un expert.

La Belgique espère toutefois obtenir directement auprès des Etats-Unis un certain nombre de GBU-39 pour les opérations en Irak et en Syrie, en invoquant sa participation directe dans la campagne aérienne de la coalition, selon une source informée.

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.