De nombreuses personnes ont fait la fête vendredi soir à Bruxelles avant la fermeture des bars pendant trois semaines.
Plein écran
De nombreuses personnes ont fait la fête vendredi soir à Bruxelles avant la fermeture des bars pendant trois semaines. © BELGA

“Les fêtes doivent cesser immédiatement”

Les autorités "déplorent" les fêtes qui ont été organisées vendredi soir un peu partout dans le pays, ainsi que les ruées dans les supermarchés. "C'est regrettable. Cela aura un impact sur l'évolution de l'épidémie de coronavirus", ont insisté samedi les porte-parole interfédéraux lors de la conférence de presse organisée quotidiennement sur le sujet.

Les mesures fortes mises en place sont nécessaires pour éviter les rassemblements et ainsi endiguer la propagation du virus, martèlent les autorités.

Un comportement “irresponsable”

Les personnes qui ont participé à des fêtes vendredi soir, en prélude à la fermeture des bars, ont eu un comportement "exactement contraire" à ce qu'il convient de faire, "irresponsable", ont fustigé les porte-parole des autorités. "Ces personnes doivent particulièrement limiter leurs contacts dans les prochains jours", ont-il ajouté.

Les autorités déplorent également la précipitation dans les supermarchés. Elles invitent la population à attendre quelques jours avant d'aller calmement faire ses courses. 

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.