Plein écran
© BELGA

Les gouvernements ont ignoré les conseils d'experts sur le stock de masques, selon le PTB

Le PTB assure mercredi que le gouvernement belge avait été averti dès 2009 que l'offre de masques de protection dans le pays était "insuffisante", se fondant sur des documents du Comité consultatif de Bioéthique de 2009 et du Commissariat Interministériel Influenza de 2006.

Le PTB affirme mercredi avoir pu consulter des documents officiels démontrant que le gouvernement fédéral était en train de constituer une réserve stratégique de 38 millions de masques en 2006. "Cela a été fait sur les conseils de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), afin de préparer notre pays à l'éventuelle apparition d'une pandémie de grippe", explique Sofie Merckx, députée fédérale et spécialiste santé du PTB. 

Elle souligne toutefois que les masques réservés au personnel de santé ont une durée de vie maximale d'environ cinq ans et doivent donc être remplacés régulièrement. "Cela s'est produit au moins une fois, en 2009, au moment de l'épidémie de grippe porcine. Mais, par la suite, les différents gouvernements n'ont pas renouvelé la réserve stratégique", assure la députée.

Elle estime que tous les gouvernements suivants (Leterme II, Di Rupo, Michel I et Michel II) "ont fait preuve de négligence coupable". "Nous en subissons maintenant les conséquences". D'autant plus qu'en 2018 (2017 selon le cabinet De Block), la ministre de la Santé publique Maggie De Block a décidé de détruire six millions de masques FFP2, devenus inutilisables, sans les remplacer immédiatement. La députée Merckx annonce son intention de demander qu'une commission d'enquête parlementaire soit mise en place à ce sujet, une fois la crise de la pandémie passée.

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.