Plein écran

Les inculpés du meurtre de Lot restent sous mandat d'arrêt

Plein écran
Kitty Van Nieuwenhuysen.

Les mandats d'arrêt de Galip Kurum, Nourredine Cheikhni en Hasan Iasir, les trois suspects interpellés dans le cadre de l'enquête sur la fusillade qui a coûté la vie à une jeune policière Kitty Van Nieuwenhuysen à Lot, ont été confirmé lundi par la chambre du conseil.

L'information n'a pu être confirmée ni par le parquet de Bruxelles ni par les avocats. Ceux-ci ont plaidé lundi matin durant deux heures trente. Les conseils des trois inculpés ont réclamé leur liberté devant la chambre du conseil de Bruxelles. Selon les avocats de la défense, les trois inculpés nient avoir été présents sur les lieux de la fusillade. La défense conteste certains éléments matériels du dossier, dont la présence de traces d'ADN de leurs clients dans le véhicule abandonné à Lot.

Les avocats ont regretté l'absence dans le dossier d'éléments capitaux, relatifs notamment à la téléphonie. Un relevé des communications téléphoniques permettrait selon Me Michel Bouchat, l'avocat d'Hasan Iasir, de prouver que son client ne pouvait être présent sur les lieux de la fusillade. Me Bouchat a déploré la publication dans la presse des photographies prises lors de l'interpellation de trois inculpés. Il estime qu'il y a eu violation de l'instruction et du secret professionnel.

On ignore si les conseils des trois inculpés comptent introduire dans les 24 heures un recours contre la décision de la Chambre du Conseil. Les trois inculpés devaient initialement passer devant la chambre du conseil le 25 janvier dernier mais leurs avocats avaient sollicité un report d'audience afin de mieux préparer leur dossier. Les trois individus figuraient parmi les suspects dès les premières heures qui ont suivi le meurtre de la jeune policière.

Kitty Van Nieuwenhuyzen a été tué le 4 décembre dernier lors d'une intervention menée dans le cadre d'un homejacking à Lot. Les trois suspects sont inculpés de meurtre pour faciliter le vol, de vol à l'aide de violence avec circonstances aggravantes, organisation criminelle et incendie volontaire de bien mobilier. (belga)

  1. Combien une vie vaut-elle? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceutiques”

    Combien une vie vaut-el­le? “Il faut d’urgence poser des limites aux firmes pharmaceu­ti­ques”

    Le cas de la petite Pia, pour laquelle les parents ont dû lancer une vaste campagne de dons par SMS, dévoile le pouvoir quasi absolu des firmes pharmaceutiques quant au tarif fixé pour les formules qu’elles commercialisent. Les centaines de milliers d’euros, voire les millions demandés donnent le vertige et poussent des patients désespérés à faire appel à la générosité du public car les gouvernements rechignent à payer la note. “Nous devons d’urgence poser des limites à l’industrie pharmaceutique car sinon, où les firmes s’arrêteront-elles?”.