Plein écran
Illustration © Getty Images

Les jeunes ont perdu leur vocation pour le non-marchand

La part des jeunes de moins de 25 ans arrivant sur le marché du travail baisse année après année en Belgique, selon une enquête menée par le prestataire RH Acerta auprès de plus de 40.000 employeurs entre 2015 et aujourd'hui. Le secteur du non-marchand (hôpitaux, maisons de repos, centres de revalidation, pour personnes handicapées, etc) est de moins en moins populaire chez les jeunes, selon Acerta.

"La part des jeunes arrivant sur le marché de l'emploi a baissé année après année. En 2015, 3,11 % des travailleurs étaient des jeunes qui faisaient leurs premiers pas sur le marché du travail. En 2018, la part des jeunes sur le marché de l'emploi a baissé à 2,88 % de l'emploi total", souligne Acerta.

"Les employeurs ne veulent-ils pas les plus jeunes travailleurs? Ne les trouvent-ils pas? Ou n'y en a-t-il pas? Quoi qu'il en soit, nous constatons que la proportion de jeunes de moins de 25 ans diminue chaque année. Cela s'explique bien sûr aussi par le fait que les personnes âgées restent plus longtemps actives sur le plan professionnel. Toutefois, si la durée de la formation est prolongée, tel que cela se produit actuellement parmi les aides-soignants, cela va aussi avoir temporairement des conséquences négatives sur la disponibilité de ces jeunes sur le marché de l'emploi", explique Benoît Caufriez, directeur Acerta Consult.

Les jeunes arrivant sur le marché du travail choisissaient d'abord l'an dernier les services (29,4%), le commerce (22,6%) et l'industrie (24,4%). Un peu moins de 20% des jeunes arrivaient dans le non-marchand. Une part qui régresse d'années en années: 24,2% en 2015 et 19,3% l'an dernier. "Le non-marchand a besoin d'une offensive de charme", souligne Acerta.