Plein écran
Grève mondiale pour le climat: manifestation le 15 mars 2019 à Bruxelles en présence des figures de proue du mouvement Youth for Climate Anuna De Wever et Adélaïde Charlier. © belga

Les jeunes qui marchent pour le climat ne seront pas sanctionnés

UpdateUne circulaire pour protéger les jeunes qui marchent pour le climat a été envoyée à toutes les écoles francophones du pays, annoncent mardi les journaux du groupe Sudpresse.

"La participation à une marche pour le climat ne peut être considérée comme un motif d'absence justifiée. Toutefois, bien qu'injustifiées, à titre exceptionnel, ces absences n'auront pas de conséquence sur la sanction de l'année d'études des élèves concernés, pour peu qu'elles aient fait l'objet d'un accord des parents ou des responsables légaux de l'élève. Ainsi, un élève ne pourra perdre la qualité d'élève régulier suite à l'accumulation des absences liées aux marches pour le climat", peut-on lire dans le document signé par Anne Hellemans, la directrice générale ad interim de l'Enseignement obligatoire.

Schyns: protéger les éleves, mais...
Au début du mois de mars, la ministre de l'Éducation de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Marie-Martine Schyns (cdH) s'était exprimée sur le fait qu'elle ne souhaitait ni considérer ces absences comme "absence justifiée" ni mettre en danger l'année des élèves qui pourraient se voir interdire de passer leurs examens car ils affichent plus de 20 demi-jours d'absence injustifiée.

Tournante
Vu que certaines écoles ont fait tourner la participation de leurs classes, que des élèves ne se sont absentés qu'une demi-journée par semaine, le cabinet ne s'attend toutefois pas à des centaines de cas, précise encore le quotidien.

Plein écran
© belga