Plein écran
© Photo News

Les lieux à risque pour les trottinettes électriques à Bruxelles repris sur une carte

L'Institut Vias, l'entreprise d'analyse de données AloAlto et le loueur de trottinettes électriques Lime lancent samedi l'étude "safer cities" (villes plus sûres), annoncent-elles dans un communiqué. Ce enquête vise à cartographier les endroits où l'infrastructure pose problème pour les trottinettes électriques à Bruxelles.

"La sécurité des usagers doux dépend en partie de la qualité de l'infrastructure dont ils disposent. C'est dans ce cadre que la Région bruxelloise a lancé un appel à projets intitulé 'Smart Road safety' auquel nous avons répondu", indiquent les trois acteurs.

Concrètement, Lime a équipé 30 trottinettes d'un bouton connecté que les utilisateurs et les patrouilleurs pourront actionner dans trois cas de figure. Une simple pression sur le bouton central signalera une situation d'inconfort. Une double pression indiquera une situation d'insécurité. Une pression longue de trois secondes annoncera un accident ou un "quasi-accident". 

Les données seront récoltées pendant quatre semaines pour être ensuite transmises à la Région bruxelloise en fin d'année. Parallèlement à ce projet, Lime et Vias sensibilisent les utilisateurs de trottinettes aux bons réflexes via la création d'une académie dénommée "first ride". 

Selon une enquête de Bruxelles Mobilité, 26% des trajets effectués en trottinette électrique remplacent un trajet en voiture et 18% un trajet en taxi. 

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.