Les livreurs Deliveroo invités à régulariser leurs droits : “Cette action ne leur coûtera rien”

Ce 14 février, sur le temps de midi, la CSC a mené une action de sensibilisation auprès des coursiers liégeois de Deliveroo. Pour entrer en contact avec ces travailleurs, tout en ne les privant pas d’une course, elle a choisi de se faire livrer des repas au boulevard Saucy, siège principal de la Fédération Liège-Verviers-Ostbelgien.

Plein écran
La CSC a profité des courses des livreures pour les sensibiliser sur leurs droits. © D.R.

La plateforme Deliveroo a été assignée devant le tribunal du travail de Bruxelles pour infractions à l’ONSS et au droit du travail. Après deux ans d’enquête, l’Auditorat du travail estime que Deliveroo aurait dû traiter ses coursiers comme des travailleurs salariés, ce que la CSC, aux côtés du Collectif des coursiers, a toujours défendu. Deliveroo aurait donc dû payer des cotisations de sécurité sociale et payer aux coursiers la rémunération correspondant aux barèmes et avantages en vigueur dans le secteur du transport et de la logistique. L’action de l’auditorat est une action générale. Cela signifie que chaque coursier doit faire une intervention volontaire” s’il souhaite que les avantages qui découleront du jugement s’applique à sa situation personnelle.

“Nous avons informé ces coursiers de la requête déposée en justice par l’Auditorat du travail contre la plateforme de livraison de repas à domicile. Certains étaient au courant, d’autres pas du tout. Notre objectif était aussi de leur faire savoir qu’ils ont la possibilité de se joindre à la cause afin d’obtenir une régularisation de salaire et de droits à la sécurité sociale. Cette action ne leur coûtera rien. Nous assumons les frais judiciaires et nous nous chargeons de tout. Les coursiers intéressés doivent juste nous contacter. Nous leur avons remis des tracts explicatifs afin qu’ils puissent faire passer le message à d’autres coursiers”, explique le syndicat.

Plein écran
La situation des livreurs est parfois très précaire. © D.R.

Une demande de régularisation totalement gratuite

La CSC invite donc les coursiers liégeois qui travaillent ou ont travaillé au moins un jour pour Deliveroo, soit sous statut d’indépendant, soit en mode P2P (régime des revenus complémentaires non imposés dans le cadre de l’économie collaborative) désireux de faire une intervention volontaire à se manifester auprès d’elle via son service United Freelancers : unitedfreelancers@acv-csc.be ou sur le site www.unitedfreelancers.be.

“Nous prenons en charge tous les frais judiciaires, l’action ne coûtera rien aux coursiers, quelle qu’en soit l’issue. Le bénéfice de la régularisation salariale, et des droits de sécurité sociale, leur sera intégralement versé. Il faut savoir que les coursiers qui font une intervention volontaire n’ont rien d’autre à faire que de nous donner les informations comme les factures qui nous permettront de calculer ce qui leur est dû. Il n’est pas nécessaire qu’ils soient présents aux audiences. Le travail sera fait par notre avocat”, conclut la CSC.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région de Liège.

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.