Plein écran
© BELGA

Les loueurs de kayaks resteront fermés lundi

Les loueurs de kayaks ne reprendront pas leur activité lundi, annonce Stéphane Marin, président Fédération des Loueurs de Kayaks (FLK), vendredi à Belga. "Nous sommes considérés comme attraction touristique et non comme loueurs de matériel sportif. Dès lors, seuls ceux qui disposent de leur propre kayak sont autorisés", précise-t-il.

A l'issue du Conseil National de Sécurité du 24 avril dernier, Sophie Wilmès avait annoncé la reprise dès le lundi 4 mai des activités sportives en plein air où les règles de distanciation sociale pouvaient être respectées. La Première ministre avait notamment cité le kayak, suscitant de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Toutefois, la reprise de l'activité de location n'est pas à l'ordre du jour, a détaillé la FLK.

"Nous sommes très heureux que la Première ministre ait pensé à notre sport, mais nous sommes considérés comme attraction touristique et, à ce titre, nous ne pourrons pas rouvrir", a justifié M. Marin. "Et je pense que cela a été très bien compris par le grand public. Nos loueurs n'ont pas été submergés d'appels durant la semaine”.

Pour la FLK, plusieurs obstacles doivent encore être levés pour envisager la reprise, dont la réouverture des cours d'eau wallon. "En outre, comme nous ne sommes pas non plus considérés comme transport en commun, nos bus qui assurent le trajet retour ne pourraient transporter que cinq voyageurs. Enfin, il faudra mettre en place un dispositif de désinfection des kayaks, des pagaies et des gilets de sauvetage”.

Seules les activités nautiques à caractère sportif autorisées

Les activités nautiques à caractère sportif seront autorisées à partir de lundi prochain avec application stricte des règles édictées par le Conseil national de Sécurité, annonce vendredi le SPW Mobilité dans un communiqué. La navigation de plaisance, interdite depuis le début de la crise sanitaire, fait l’objet d’un assouplissement. L’accès au réseau navigable reste toutefois limité.

“Citée en exemple lors de l’annonce de ces mesures, la pratique du kayak entraîne avec elle la question des autres activités nautiques pratiquées sur le réseau navigable, les étendues d’eau des barrages-réservoirs et les cours d’eau non navigables gérés par le Service public de Wallonie”, relève-t-il.

A partir de lundi, les activités nautiques suivantes sont considérées par le SPW comme étant à caractère sportif : le kayak, le canoë, l’aviron, le stand-up paddle, la voile, le ski nautique, le téléski, le jet-ski, la pêche embarquée, la plongée, la natation et la planche à voile.

“Pendant la phase 1a, du 4 au 10 mai, seules les personnes qui sont en possession du matériel adéquat, soit dans le cadre d’une affiliation à un club reconnu ou parce qu’elles en sont propriétaires, pourront pratiquer ces activités”, précise le Service Public Wallonie. “Cette disposition, conforme aux mesures édictées par le Conseil national de Sécurité, exclut de facto la location de matériel et, par-là, la reprise de certaines activités touristiques en lien avec l’eau.”

La navigation de plaisance, c’est-à-dire à bord d’une embarcation utilisée à des fins de loisirs et non de sport, sera limitée. Le propriétaire du bateau de plaisance pourra accéder aux lieux d’amarrage et à l’infrastructure d’accueil du réseau navigable. Une courte navigation sur le bief d’amarrage sera permise, sans passage aux écluses. Le franchissement des écluses reste en effet réservé aux seuls bateaux marchands, selon les horaires de manœuvre habituels.

Le SPW Mobilité et Infrastructures a adressé une communication en ce sens à l’ensemble des gestionnaires de port de plaisance et de club nautique

  1. Une réponse au plus tard le 3 juin pour les stages sportifs
    Coronavirus

    Une réponse au plus tard le 3 juin pour les stages sportifs

    L'annonce des entités fédérées et du fédéral vendredi, ouvrant la possibilité d'organiser camps scouts, stages et activités récréatives pour enfants et jeunes durant les vacances d'été, a dû soulager de nombreux parents, dans un contexte de déconfinement progressif. Rapidement, des questions se posaient cependant sur les stages et activités purement sportifs, qui ne sont pas couverts par la communication de vendredi. Une décision et une communication à ce sujet devraient intervenir au plus tard le 3 juin, a-t-on appris dimanche.
  1. “Les dos tournés et les kayaks risquent de suivre Sophie Wilmès”

    “Les dos tournés et les kayaks risquent de suivre Sophie Wilmès”

    Des dos tournés et des images qui voyagent. L’action symbolique menée par le personnel soignant du CHU Saint-Pierre le 16 mai dernier a été relayée par de nombreux médias étrangers et a trouvé écho jusqu’au Japon. Une haie de déshonneur susceptible d'écorner l’image de Sophie Wilmès? “Sur la scène internationale cela ne devrait pas avoir d’effet majeur”, considère Sandrine Roginsky, professeure en communication politique à l’UCLouvain. “Mais chez nous, cela risque de la suivre, au même titre que l'épisode des kayaks.”
  2. Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic international de drogue en Flandre orientale

    Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic internatio­nal de drogue en Flandre orientale

    La police judiciaire fédérale (PJF) a indiqué samedi avoir mis la main sur plus de 2 millions d'euros en espèces lors de perquisitions menées dans le cadre d'une enquête relative à un trafic international de drogue en Flandre orientale. Les forces de l'ordre ont également découvert des bijoux et plus de 130 véhicules. Cinq suspects ont été arrêtés en Belgique, trois aux Pays-Bas. Le gang est soupçonné d'avoir importé en Belgique de grandes quantités de cocaïne en provenance d'Amérique du Sud pendant plusieurs années.