Photo prétexte
Plein écran
Photo prétexte © Getty Images/iStockphoto

Les magasins pour bébés peuvent rouvrir: “Vraiment pas nécessaire”

Coronavirus Les magasins spécialisés dans les produits de base pour bébés ont été ajoutés à la liste des commerces essentiels et peuvent donc rouvrir leurs portes à certaines conditions. Tous les détaillants ne sautent cependant pas de joie à cette perspective. Certains craignent pour leur santé et celle de leurs clients, ainsi que pour l'obtention de la prime de nuisance prévue par le gouvernement flamand.

Outre la prolongation des mesures de confinement décidée vendredi par le Conseil national de sécurité, une catégorie supplémentaire a été ajoutée à la liste des magasins essentiels, qui regroupe notamment les commerces alimentaires, les pharmacies et les librairies. Dorénavant, les magasins spécialisés dans les produits de base pour bébés peuvent également ouvrir.

Les réactions étaient mitigées lundi au sein du secteur, selon Rodrique Tournel, gérant d'un magasin pour bébés à Saint-Trond. Les exploitants se demandent en effet si se rendre dans leur commerce constitue réellement un déplacement essentiel. "Nous pouvons évidemment imposer des mesures d'hygiène et restreindre l'accès à un certain nombre de clients... Mais, pour l'instant, le risque de contamination est simplement trop important. Nous préférons dès lors garder portes closes et livrer les commandes à domicile", plaide le gérant. Un avis partagé unanimement en Flandre, selon lui.

Les détaillants craignent par ailleurs de perdre leur prime de nuisance, que la Région flamande alloue aux entrepreneurs et indépendants obligés d'arrêter leurs activités en raison des mesures liées au coronavirus. "Cette prime n'est peut-être pas vitale pour les grands magasins mais elle l'est pour les petits commerçants locaux. Donc, en ce qui nous concerne, il n'est vraiment pas nécessaire de reprendre les magasins pour bébés dans la liste des commerces essentiels.” 

  1. Un faux infirmier viole les règles anti-Covid: quatre mois avec sursis
    Wavre

    Un faux infirmier viole les règles an­ti-Co­vid: quatre mois avec sursis

    Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a examiné vendredi, dans le cadre d'une procédure accélérée, un dossier qui avait fait du bruit le 1er avril dernier. En plein confinement, un homme déguisé en infirmier avait fait irruption dans un magasin de Limal (Wavre). Ne respectant pas les règles de distanciation sociale vis-à-vis du personnel ou des autres clients, il prenait des produits avant de les reposer dans les rayons, éternuait allègrement et avait léché sa carte bancaire avant de payer à la caisse. Une peine de quatre mois de prison avec sursis ainsi qu'une amende ont été requises.