Plein écran
Entre espoir et fatalité, le sentiment des élèves était mitigé après leur débat avec les représentants des partis politiques. © Twitter @PaulMagnette

Les marcheurs pour le climat manipulés? "Qu'ils se regardent dans un miroir avant de nous traiter de marionnettes"

Le sentiment des jeunes était plutôt mitigé après leur rencontre avec les représentants des partis politiques hier soir à Namur. "Au-delà des beaux discours, nous espérons vraiment que les responsables politiques vont enfin prendre des mesures concrètes en faveur du climat", pouvait-on entendre à la sortie du débat.

Qu'avez-vous retenu de cette rencontre avec les différents partis?
"Pour être honnête, j'estime que le débat s'est déroulé de manière positive mais surtout constructive", confie un élève de 5e secondaire. "C'est la première fois que je participe à un débat de la sorte et nous avons pu nous rendre compte que nos actions servent à quelque chose puisque tous les partis présents ont placé la lutte contre le dérèglement climatique en tête de leur agenda", se réjouit le jeune homme qui a déjà battu le pavé à plusieurs reprises ces dernières semaines.

L'une de ses camarades se montre néanmoins plus nuancée. "Il est clair que pour une fois, on a entendu du concret. Mais les beaux discours sont inutiles s'ils ne sont pas suivis par des mesures effectives." Cette jeune femme de 17 ans craint que ces promesses ne soient pas tenues après les élections. "J'espère qu'ils verront plus loin que cela. De toute façon, on n'arrêtera pas le combat avant d'avoir obtenu gain de cause. Il y a urgence, on ne peut plus tergiverser", dit-elle avec lucidité.

Quel parti vous a le plus convaincus?
"Je ne pourrai pas voter mais si j'avais pu, je pense que j'aurais opté pour le PTB ou Ecolo car ce sont les seuls qui ont clairement indiqué que le système actuel est incompatible avec la transition écologique", confie l'adolescent de seize ans et demi. "Avec une petite préférence pour Ecolo car ils défendent cette cause depuis toujours alors que les autres ont été forcés de la soutenir."

Un élève de rhéto qui vient d'atteindre la majorité nous interpelle. S'il assure qu'il se rendra aux urnes le 26 mai, il votera probablement nul ou blanc. "Aucun parti ne nous prend au sérieux. Tout ce qu'ils nous proposent, c'est du blabla. Ils vont encore s'arranger entre eux et rien ne bougera, du moins, pas assez vite", dit-il avec fatalité.

Que répondez-vous à celles et ceux qui affirment que vous êtes manipulés?
"Moi, je les invite d'abord à se regarder dans un miroir avant de nous traiter de marionnettes", lance sans détour le rhétoricien. "Les politiques, les grandes entreprises et leur lobbies nous manipulent depuis des décennies. Alors, qui sont vraiment les marionnettes? Nous, qui essayons de changer les choses, ou ceux qui se complaisent dans ce système qui va causer notre perte à tous? Ce défi nous concerne tous, sans exception. Je ne comprends pas comment certains veulent nous monter les uns contre les autres alors que nous sommes tous logés à la même enseigne."