Plein écran
Le Montois Georges-Louis Bouchez, semble pour l'instant le mieux positionné pour l'emporter. © Photo News

Les membres du MR élisent leur futur président dès ce lundi

Les membres du MR sont invités à voter par correspondance dès ce lundi pour désigner le futur président de leur parti. Cinq candidats sont en lice pour succéder à Charles Michel: le ministre fédéral Denis Ducarme, le sénateur coopté Georges-Louis Bouchez, le député-bourgmestre de Crisnée, Philippe Goffin, la première échevine de Liège, Christine Defraigne, et enfin la députée bruxelloise Clémentine Barzin.

Le 12 novembre, les bulletins de vote par correspondance des militants auront été dépouillés et, en principe, le nom du nouveau président sera connu... à moins qu'un deuxième tour ne doive être organisé, une hypothèse qui n'est pas écartée. 

En vertu des statuts du parti, un candidat doit en effet recueillir 50% des voix plus une pour être élu dès le premier tour. La multiplication des candidatures risque toutefois d'entraîner une dispersion des suffrages et la nécessité d'organiser un second tour. Le Montois Georges-Louis Bouchez, semble pour l'instant le mieux positionné pour l'emporter. Ces dernières semaines, ce bouillonnant trentenaire a bénéficié de plusieurs soutiens de poids. Jean-Luc Crucke, Daniel Bacquelaine, Sophie Wilmès, Jacqueline Galant ou encore David Clarinval se sont publiquement ralliés à sa cause.

Ces ralliements n'effraient cependant pas Denis Ducarme. "Moi, je ne m'adresse pas aux barons", a martelé l'actuel ministre fédéral de l'Agriculture, tout en assurant faire confiance aux militants. Christine Defraigne se positionne sur la même ligne. "C'est une insulte aux militants. Ils sont capables de se faire leur opinion par eux-mêmes. Ce martèlement n'est pas sain. On le ressent tous", déclarait-elle samedi dans une interview à L'Echo.

  1. Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatriement

    Des demandeurs d'asile dénoncent des violences policières lors d’une tentative de rapatrie­ment

    Deux demandeurs d'asile déboutés et rapatriés de force affirment avoir été brutalisés par la police fédérale lors d'une tentative de rapatriement. Ils parlent de coups sur tout le corps, disent avoir eu la bouche et le nez pincés et les cheveux tirés, selon la RTBF. Les deux migrants auraient déposé plainte auprès du parquet de Hal-Vilvorde et au moins l'un d'entre-eux se serait constitué partie civile. Le parquet dit n'avoir connaissance que d'une plainte. "L'enquête suit son cours", assure-t-il.