Plein écran
La conférence de presse des négociateurs wallons présentant l'accord de gouvernement wallon le 9 septembre dernier à Namur (Jean-Marc Nollet, Ecolo, Elio Di Rupo,PS, Willy Borsus, MR). © Photo News

Les ministres wallons prêteront serment vendredi, le vote du parlement prévu lundi

Une réunion du bureau du Parlement de Wallonie, jeudi midi, a permis de fixer le programme - chargé - des prochains jours alors que les partenaires de la majorité arc-en-ciel, PS, MR et Ecolo, doivent encore faire approuver leur accord par leur base. Ce devrait être chose faite jeudi soir même si du côté d'Ecolo, où les militants devront donner leur feu vert à une participation au futur gouvernement et, dans un second temps, au casting ministériel, l'incertitude reste de mise.

Passé cet écueil, les nouveaux ministres prêteront serment vendredi matin, à 9h30, à Namur avant que le ministre-président ne se rende à Bruxelles pour y accomplir la même tâche devant le Roi. A 15h00, un résumé de la déclaration de politique régionale sera présentée aux députés régionaux par le ministre-président.
Samedi, celui-ci prendra la parole à l'occasion de l'ouverture officielle des Fêtes de Wallonie, en présence notamment du Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel.

Lundi matin, les parlementaires se retrouveront pour une séance plénière consacrée au débat sur la déclaration de politique régionale, avec intervention de tous les chefs de groupe puis réplique du gouvernement et des députés. Une motion de confiance sera ensuite votée. 

Jeudi, enfin, les suppléants des ministres prêteront serment au cours de la deuxième plénière de la semaine.
Le volet régional bouclé, les réjouissances pourront ensuite débuter, dès mardi, à la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Quant aux commissions du parlement wallon, elles reprendront le lundi 23 septembre, avec une réunion plénière prévue dès le 25 septembre.

  1. Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Le PTB explique les raisons de sa rupture avec le PS

    Réuni sur la côte, à Bredene, dans le cadre du festival ManiFiesta, le PTB a une nouvelle fois revendiqué dimanche la nécessité de mener une "politique de rupture" pour redonner du sens aux citoyens et repousser les extrêmes à droite, le racisme et le séparatisme. Mais à les entendre, les partis traditionnels n'ont toujours pas entendu le message de l'électeur le 26 mai dernier. Demandeur d'un vaste plan de réinvestissement public de 10 milliards d'euros, le PTB fustige notamment l'opération de privatisation des actifs de Nethys. "C'est ce genre de pratiques que nous reprochons aux dirigeants du parti socialiste. C'est une des raisons principales de notre rupture des négociations avec le PS pour un nouveau gouvernement wallon", a indiqué le président Peter Mertens.