Illustration.
Plein écran
Illustration. © Getty Images/iStockphoto

Les musulmans de Belgique célèbreront la fin du Ramadan dimanche

Le conseil des théologiens, rattaché à l'Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB), s'est réuni vendredi soir et a fixé la fin du Ramadan à dimanche. Malgré le déconfinement progressif entamé en Belgique depuis début mai, les musulmans du pays ne pourront célébrer comme de coutume l'Aïd El Fitr cette année.

À cette occasion, l'EMB "adresse ses meilleurs vœux de paix, de santé, de bonheur et de prospérité aux citoyens de confession musulmane et de toutes autres convictions".

Le mois de jeûne du ramadan a commencé le vendredi 24 avril en Belgique, en pleine pandémie de coronavirus. Plus que jamais cette année, ce mois particulier a bouleversé les habitudes des fidèles, tiraillés entre privation de nourriture et confinement.

Les musulmans ont été, comme traditionnellement, invités à s'abstenir de manger, boire, fumer et avoir des rapports sexuels de l'aube au coucher du soleil. Un mois considéré comme un moment de dépassement et de maîtrise de soi.

En raison des mesures de confinement afin d'endiguer la propagation du coronavirus, certains rites ont cependant été modifiés, comme la rupture du jeûne le soir qui s'est quotidiennement faite chez soi, en privé.

Dans la même logique, la fête de l'Aïd al-Fitr, qui signe la fin du Ramadan, ne pourra être accomplie qu'à la maison, sans khotba (discours) et en cercle restreint, les rassemblements restant proscrits malgré l'élargissement récent de la bulle sociale à quatre personnes.

  1. Kidnapping à Genk: le principal suspect était sous conditions probatoires

    Kidnapping à Genk: le principal suspect était sous conditions probatoi­res

    Le principal suspect dans l'enlèvement d'un enfant limbourgeois de 13 ans, Khalid Bouloudo, 45 ans et originaire de Maaseik, a déjà été condamné pour son passé d'islamiste radical. Il avait écopé de dix ans de prison en première instance, mais la cour d'appel de Bruxelles a revu cette condamnation en mai 2019 à trois ans de prison avec sursis, couplés à une période probatoire de cinq ans. Malgré ces conditions, il semble que le quadragénaire ait disparu des radars et ait continué à recruter des extrémistes afin de monter cette récente prise d'otages.