Plein écran
Le politologue flamand Bart Maddens. © Pieter-Jan Vanstockstraeten / Photonews

“Les partis traditionnels manquent de leadership pour briser le cordon sanitaire”

Une coalition avec l'extrême droite n'est pas envisageable en Flandre car les partis traditionnels continuent à tenir au cordon sanitaire, a analysé mardi matin Bart Maddens sur les ondes de Radio 1.

 Selon le politologue flamand, "il manque un leadership au sein des partis traditionnels pour prendre une décision aussi historique" que celle de briser le cordon qui isole le Vlaams Belang.

Bart Maddens partage donc l'avis de l'informateur flamand et président de la N-VA Bart De Wever, selon lequel les partis traditionnels n'auraient jamais accepté de rompre le cordon sanitaire en rejoignant une coalition avec l'extrême droite.

La désignation de Jan Jambon comme formateur flamand, “une bonne chose” pour le fédéral

"Mais quelque chose de fondamental a tout de même changé", a ajouté le politologue. "Il est étrange que ce nœud n'ait pas été tranché début juillet. La N-VA a négocié de manière très sérieuse avec le Vlaams Belang; ce n'étaient pas des entretiens de politesse comme du temps d'Yves Leterme.”

La désignation de Jan Jambon comme formateur flamand était dans l'air depuis un moment, estime aussi Bart Maddens. Qui considère que, "pour la formation du gouvernement fédéral, c'est une bonne chose que Bart De Wever puisse s'y consacrer entièrement et s'asseoir à la table des négociations".

  1. Plus de 917.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde
    Play
    Mise à jour

    Plus de 917.000 SMS envoyés pour sauver la petite Pia, qui a besoin du médicament le plus cher du monde

    Originaires de Wilrijk, les parents de la petite Pia, un bébé de neuf mois atteint d’amyotrophie spinale, une maladie génétique rare, ont lancé une grande action à l’échelle nationale pour sauver leur enfant. Tous les Belges, tant au nord qu’au sud du pays, sont invités à envoyer un SMS au 4666. Dans la nuit de mardi à mercredi, vers 2h30, 917.000 messages avaient déjà été envoyés sur les 950.000 espérés. “Il n’y pas de mots”, a confié la maman de Pia à nos confrères de HLN.