Les patients jugés de plus en plus agressifs

Sept médecins généralistes et huit spécialistes sur dix affirment avoir fait face, ces dernières années, à une agressivité croissante de leurs patients, d'après une enquête effectuée par les magazines spécialisés Medi-Sphère et Le Spécialiste. Les médecins francophones se sentiraient plus souvent menacés.

Plein écran
Illustration © Photo News

L'enquête, effectuée en ligne en avril dernier, portait sur la précédente législature. Près de 1.500 praticiens y ont répondu. Six médecins de famille néerlandophones et sept francophones sur dix déclarent que leurs patients sont devenus plus agressifs au cours des cinq dernières années. La plupart des spécialistes interrogés font le même constat, respectivement sept néerlandophones et huit francophones sur dix. 

La proportion est légèrement plus élevée chez les jeunes médecins, notamment parce qu'ils exercent plus souvent aux urgences, soulignent les deux magazines.

Stress, anxiété, dégâts matériels...

Les chiffres du point de contact central "Agressions contre les médecins" montrent que la plupart des praticiens perçoivent l'agressivité de leurs patients comme une menace contre leur intégrité personnelle. Certains évoquent du stress, de l'anxiété, des dégâts matériels ou des lésions corporelles, mais dans une bien moindre mesure. 

“Les choses changent”

"Le phénomène est de plus en plus banalisé. Ce n'est que lorsque l'agression verbale devient physique qu'il est jugé nécessaire de recadrer le patient", commente le nouveau président de l'Association des syndicats médicaux (Absym), Philippe Devos. "Mais je remarque que les choses changent auprès de la jeune génération. Ils veulent à nouveau du respect, ont une sorte de tolérance zéro à l'égard des paroles et agissements déplacés". 

Selon lui, la formation des médecins ne prévoit pas suffisamment de cours de communication.