Les patrons de la Maison du Péket condamnés pour avoir exploité des dizaines d'étudiantes

Les frères Sorgic, propriétaires de la Maison du Péket de Liège, ont été condamnés lundi par le tribunal correctionnel de Liège à des peines de 18 mois de prison avec sursis et à d'importantes amendes pour des faits de fraude sociale dans le cadre de l'exploitation de plusieurs de leurs établissements à Liège. Près de 158 étudiantes avaient été sous-payées alors qu'elles travaillaient dans leurs établissements.

Plein écran
© Google Maps

Grégory et Anthony Sorgic, fils de Djuro Sorgic, ancien joueur de football et agent de joueurs décédé en 2012, répondaient en même temps que leur société (GAS) et trois autres personnes de faits de fraude sociale, d'abus de biens sociaux, de travail au noir et de blanchiment d'argent.

L'auditorat du travail les poursuivait sur base de soupçons de travail non déclaré et de cotisations sociales éludées dans trois de leurs établissements. Il s'agit du bar réputé à Liège "La Maison du Pekét", du restaurant "Amon Nanesse" et de la discothèque "L'Impasse Club".

Les deux employeurs n'avaient pas déclaré toutes les prestations de leur personnel et notamment d'étudiantes engagées dans leurs établissements. 158 travailleurs, en majorité des jeunes filles qui prestaient leurs premiers emplois dans le cadre de jobs d'étudiants, n'avaient pas reçu leurs rémunérations sur la base du barème légal.
L'auditorat du travail avait évoqué des cotisations sociales éludées sur des milliers d'heures de travail ainsi qu'une fraude organisée sur plusieurs années avec des déclarations à l'ONSS incomplètes.

Les frères Sorgic ont été condamnés à des peines de 18 mois de prison avec sursis. Ils ont aussi écopé de deux amendes de 568.800 euros avec sursis pour ce qui dépasse 50.000 euros. Leur société a été condamnée à une amende de 2.844.000 euros, avec sursis pour ce qui dépasse 100.000 euros. Trois autres collaborateurs ont écopé d'amendes allant de 3.600 à 12.000 euros avec sursis partiels.