Archives.
Plein écran
Archives. © Photo News

Les pilotes de Brussels Airlines proposent une réduction de leur salaire de 45% jusqu'en 2023

Mise à jourLes pilotes de Brussels Airlines, réunis au sein du front commun B-United, proposent à la direction de la compagnie aérienne une réduction “significative”, jusqu’à 45%, de leur temps de travail et de leur salaire, jusqu’en 2023, ce qui permettrait de réaliser jusqu’à 100 millions d’euros d’économies d’ici 2023.

“En procédant de la sorte, les économies proposées sont suffisantes pour maintenir tous les pilotes à bord, et même le personnel de cabine et (cela) évitera de payer dans l’immédiat plus de 22 millions d’euros de frais de licenciement pour les 191 membres du personnel navigant potentiellement concernés”, expliquent, dans une lettre ouverte, les pilotes qui disent ainsi suivre l’exemple de leurs collègues allemands et autrichiens au sein du groupe Lufthansa.

La direction de Brussels Airlines a annoncé la semaine dernière un plan de restructuration qui menace jusqu’à 1.000 emplois (dont 191 pilotes et 470 membres du personnel de cabine) au sein de la compagnie, soit 25% du personnel.

Les pilotes se disent convaincus que leur proposition, “solide et concrète”, rencontrera la demande de réduction de coûts de la direction de Brussels Airlines et de Lufthansa et rencontrera les attentes du gouvernement “portant sur la préservation des emplois dans notre compagnie et de tout l’écosystème de l’aéroport”.

Lufthansa, la maison-mère de Brussels Airlines, et le gouvernement belge ont entamé il y a plusieurs semaines des discussions, qui s’avèrent laborieuses, sur une aide d'État (le montant de 290 millions d’euros a été évoqué) à la compagnie belge, touchée de plein fouet, à l’instar de tout le secteur aérien, par la crise du coronavirus.

“Tout ceci n’est vraiment plus dans l’air du temps”

“Dans une recherche désespérée de réduction immédiate des coûts pour traverser la crise, notre direction nous a également informée de son intention de réduire tous les salaires du personnel navigant ainsi que, pour les pilotes, d’user et d’abuser d’ingénierie fiscale par l’introduction massive d’un plan ‘cafetaria’. Cette dernière mesure représenterait un manque à gagner de plus de 10 millions d’euros d’ici 2023 pour la sécurité sociale et imposerait aux pilotes de se voir offrir une voiture de société! Tout ceci n’est vraiment plus dans l’air du temps et n’est pas responsable ni socialement ni écologiquement”, poursuivent les pilotes dans leur missive.

L’effort conséquent proposé par les pilotes porte jusqu’en 2023, année à partir de laquelle Brussels Airlines table sur l’arrivée de nouveaux avions, “ce qui permettra à tout le personnel un retour à un temps de travail plein”, espèrent les pilotes.

Des “solutions structurelles” plutôt que des “mesures temporaires”

Il est important de rechercher des solutions structurelles et non des mesures temporaires, indique mercredi la direction de Brussels Airlines en réaction à la proposition des pilotes. “Pour atteindre une rentabilité structurelle et donc une croissance solide, il est nécessaire de réduire les coûts et d’augmenter l’efficacité et la productivité”, souligne la compagnie aérienne.

Brussels Airlines indique prendre “bonne note” de la proposition et apprécier que les négociations puissent commencer. La direction se dit “ouverte à la discussion sur toutes les propositions qui se trouvent sur la table des négociations afin d’assurer la pérennité de la compagnie et de créer à long terme une forte position concurrentielle pour Brussels Airlines”. 

  1. Une quarantaine en labo sous supervision de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Une quarantai­ne en labo sous supervisi­on de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Le désormais célèbre virologue Marc Van Ranst a communiqué à l’avocat de Selena Ali, la propriétaire du chat péruvien, que son laboratoire de l’université de Louvain pouvait se charger de la quarantaine de Lee. “Vu que la rage est une maladie excessivement mortelle, et qu’elle nécessite des précautions extrêmes, une période de quarantaine peut être nécessaire”, résume-t-il en ajoutant qu’il est hautement improbable que le petit chat développe la maladie ultérieurement.