Les poids lourds qui emprunteront les quais de la Dérivation devront payer

Désormais, les camions qui emprunteront les quais de la Dérivation seront sujet au prélèvement kilométrique. Un moyen de dissuader les poids lourds d’entrer dans la ville afin de favoriser la sécurité, la qualité de l’air et de lutter contre les nuisances sonores.

Plein écran
Illustration. © Photo News

De très longue date, la Ville de Liège et les nombreux riverains concernés plaident pour que des mesures fortes soient prises par la Région wallonne afin d’apaiser la circulation sur les quais de Meuse et de la Dérivation, et que soit ainsi reconnu le caractère urbain des lieux.

Ce vendredi 15 novembre, lors du conseil communal, le Collège a pris acte de la décision de la Région wallonne d’intégrer les quais de la Dérivation (N610) dans le périmètre ViaPass au premier janvier 2020. Désormais, les poids lourds sont soumis au système de prélèvement kilométrique sur ce tronçon.

“Toutefois, ce premier pas ne doit pas faire oublier que les quais de Meuse demeurent quant à eux exclus du périmètre de prélèvement de cette taxe”, précise le Collège.

Aujourd’hui, de très nombreux camions continuent à emprunter les quais quotidiennement. Un phénomène qui se serait même amplifié en raison des travaux menés par la Région au niveau de l’échangeur de Loncin, et qui se prolongeront jusqu'à l’été 2020.

Par ailleurs, Liège a connu cette année un événement dramatique, lorsqu’un cycliste a été tué par un camion au carrefour entre le pont de Fétinne et le quai des Ardennes. Ainsi, le Collège communal estime que le véritable combat est celui de l’interdiction du transit des poids lourds sur les quais de Meuse, comme il l’est déjà sur les quais de la Dérivation.

Le 7 octobre dernier, le Bourgmestre a d’ailleurs sollicité le ministre de la Mobilité, Philippe Henry, en ce sens. Il s’agit en effet d’une question de qualité du cadre de vie des citoyens liégeois dans l’une des zones les plus densément peuplées de Wallonie. Il est question de sécurité, de qualité de l’air en ville ou encore de lutte contre les nuisances sonores.

“Dans ce cadre, la Ville de Liège souhaite garder une cohérence entre les aménagements réalisés par la Région ces dernières années en vue d’offrir aux Liégeois un espace public accueillant et apaisé, et le Plan Urbain de Mobilité (PUM) qui fixe les orientations en termes de mobilité dans les 24 communes liégeoises”, conclut le Collège.