Plein écran
© RV

Les poignées amovibles Colruyt? “Un gadget inutile”, selon Test-Achats

Depuis quelques jours, les supermarchés Colruyt proposent des poignées amovibles pour les caddies des clients. Objectif: lutter contre la propagation du coronavirus. Au total, six millions de “Clipeez” sont distribués dans les différents magasins de notre pays. Sauf que selon l’organisation Test-Achats, il s’agit d’un gadget bien inutile.

  1. La crise a eu un impact positif sur le gaspillage

    La crise a eu un impact positif sur le gaspillage

    La crise sanitaire a eu un impact positif sur le gaspillage alimentaire, qui a nettement baissé, selon une enquête d'Euroconsumers, la coupole européenne des associations de consommateurs dont Test Achats fait partie, auprès de 7.000 personnes dans plusieurs pays. Ainsi, 65% des répondants n'ont presque pas jeté de nourriture pendant le confinement et ce, grâce à une meilleure planification des repas et des courses et l'augmentation générale des préparations et prises de repas à la maison, contre 72% auparavant.
  2. L'élaboration du baromètre se poursuit, pas de nouvelles mesures nationales à ce stade
    Coronavirus

    L'élabora­ti­on du baromètre se poursuit, pas de nouvelles mesures nationales à ce stade

    Les travaux en vue d'élaborer un baromètre permettant une gestion du risque lié au coronavirus à l'échelon national et provincial se poursuivent. Le comité de concertation, qui réunit les gouvernements fédéral, des Communautés et Régions, a fait le point mardi sur leur état d'avancement avec les experts de la Cellule d'évaluation (Celeval) fédérale. Une nouvelle réunion aura lieu au plus tard lundi, a indiqué le cabinet de la Première ministre, Sophie Wilmès.
  3. Le chien qui aboie, un cambrioleur, un “transgenre”: pourquoi Liselotte a-t-elle été assassinée?

    Le chien qui aboie, un cambrio­leur, un “transgenre”: pourquoi Liselotte a-t-elle été assassinée?

    Le procès du “rendez-vous mortel” s’ouvre ce mardi devant la cour d’assises de Louvain. Kim De Brabanter est accusé du meurtre de Liselotte De Coninck lors de leur premier et unique rendez-vous en novembre 2017 à Ternat, dans le Brabant flamand. La jeune femme a été retrouvée morte au domicile du camionneur de 40 ans, une ceinture nouée autour du cou. L’accusé a modifié sa version des faits à plusieurs reprises au cours de l’enquête.