Plein écran
Manneken-Pis avec un drapeau aux couleurs LGBT, lors de la Belgian Pride © Photo News

Les policiers laxistes sur les incidents homophobes?

Un incident homophobe est au coeur d'une enquête interne au sein de la police de Bruxelles-Capitale-Ixelles. La communauté LGBT s'insurge plus généralement du laxisme des agents lorsque ses membres sont victimes d'abus, rapporte vendredi De Morgen.

L'incident investigué s'est déroulé mardi en début de soirée à la terrasse d'un café situé rue du Marché au Charbon. Une femme s'en est pris à des clients homosexuels et la situation a failli dégénérer. L'exploitant s'est alors adressé à deux policiers qui se trouvaient à proximité, mais ceux-ci ont refusé d'intervenir.

Frederick da Soghe, qui est également président de l'association des commerçants LGBTQI+ de Bruxelles, affirme dans un commentaire sur Facebook qu'il s'agit d'une réaction classique lorsqu'un abus homophobe est dénoncé à la police.

Selon les chiffres d'Unia, les faits de ce type sont en forte hausse. Les plaignants, qui hésitent souvent à se rendre à la police, ont généralement l'impression d'être confrontés à des agents désintéressés ou ignorants quant à la problématique, voire carrément homophobes.

  1. Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLouvain

    Un groupe de jeunes occupe un bâtiment de l'UCLou­vain

    Un groupe de jeunes composé en partie d'étudiants a entamé lundi soir l'occupation de la "maison blanche", un bâtiment appartenant à l'Université catholique de Louvain (UCLouvain) situé à proximité du lac de Louvain-la-Neuve. Certains se sont barricadés à l'intérieur. Ils affirment vouloir faire du bâtiment, à l'adandon depuis des années, un espace culturel et social autogéré. Les autorités de l'UCLouvain regrettent la méthode mais se disent ouvertes à la discussion.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.