Les membres du gouvernement Wilmès II avec le roi Philippe.
Plein écran
Les membres du gouvernement Wilmès II avec le roi Philippe. © Photo News

Les pouvoirs spéciaux du gouvernement seront contrôlés

Une commission ad hoc de 17 membres verra le jour pour contrôler l'action du gouvernement dans l'exercice des pouvoirs spéciaux, a décidé jeudi midi la Conférence des présidents qui a également convenu que le parlement pourrait se réunir au cours des vacances de Pâques et ne fermera pas ses portes durant deux semaines comme à l'accoutumée.

Par ces pouvoirs spéciaux, la Chambre donne au gouvernement la possibilité pendant trois mois de légiférer par arrêté royal moyennant la confirmation des arrêtés par le parlement un an après leur entrée en vigueur. Cette commission permettra aux députés d'interroger les ministres sur les arrêtés royaux qui seront pris. 

Elle se penchera également sur une éventuelle prolongation des pouvoirs spéciaux pour une durée supplémentaire de 3 mois comme le prévoit l'accord politique conclu ce week-end, ainsi que sur la confirmation législative des arrêtés. 

  1. Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confinement

    Les Belges se disputent moins avec leur partenaire, mais plus avec leurs enfants pendant le confine­ment

    Une enquête menée par l’agence iVOX auprès de 5.000 Belges nous en apprend davantage sur le bonheur (familial) en pleine crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Selon l’étude, nous nous disputons moins avec notre partenaire, mais plus souvent avec les enfants. Dans le même temps, nous sommes reconnaissants de pouvoir passer plus de temps avec nos familles et nous voulons améliorer nos vies après cette crise.
  2. Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”
    Roulers

    Qader, réfugié afghan, fabrique des masques: “Je veux donner en échange de toute l’aide que je reçois ici en Belgique”

    Du matin au soir, Mohammad Qader Mohammadi, 42 ans, est assis derrière sa machine à coudre pour fabriquer des masques buccaux pour le personnel soignant. Qader a fui son pays natal, l’Afghanistan, il y a plus de dix ans. Durant cette crise sanitaire, il souhaite rendre service à la Belgique qui l’a aidée. “Je suis diabétique, donc j’appartiens moi-même au groupe à risque, mais je sais combien il est important de bien vous protéger”, confie-t-il.