Plein écran
© belga

Les principales voies d'accès à Bruxelles complètement saturées ce matin

UpdateLes principales voies d'accès à la capitale étaient saturées ce mardi matin, indique Bruxelles Mobilité, à la suite de la fermeture du viaduc Herrmann-Debroux couplée à l'appel à la grève lancé par la CGSP. Touring Mobilis a observé jusqu'à 400 kilomètres de files sur les routes du pays.

La E40 vers Bruxelles depuis Liège et Alost était quasi à l'arrêt vers 9h. Les automobilistes roulaient également au pas sur la petite ceinture. La situation était aussi compliquée sur le ring, principalement entre Vilvorde et Dilbeek, dans les deux directions.

Trafic saturé
Sur la E411 à l'approche de l'entrée de Bruxelles, le trafic était saturé peu avant 9h à hauteur de Tervuren, Hoeilaart, Overijse, Watermael-Boitsfort, Auderghem et Waterloo, selon Bruxelles Mobilité. Peu d'embarras étaient notés dans le tunnel Delta. La E411 est aussi congestionnée à Wavre, Louvain-la-Neuve et Corroy-le-Grand. Sur le ring-est de Bruxelles, des files étaient notamment enregistrées depuis Genappe.

400km de files
La grève, la fermeture du viaduc Herrmann-Debroux et divers incidents ont provoqué jusqu'à 400 kilomètres de files sur les routes du pays ce mardi matin, annonce Touring Mobilis. Peu avant 9h30, Touring Mobilis notait encore 224 kilomètres d'embouteillages cumulés. Il ne s'agit pas pour autant d'un record. Ainsi le 13 juin dernier, lorsqu'un bus avait pris feu sur le Ring de Bruxelles, 420 kilomètres d'embouteillages avaient été enregistrés.

Flandre
En Flandre, l'heure de pointe matinale a été la plus chargée depuis le début de l'année, précise le centre flamand du trafic. Plusieurs incidents ont également aggravé la situation. Une collision entre huit voitures s'est notamment produite sur la E19 à Courtrai.

Touring Mobilis prévoit environ 200 km de files sur les routes mardi soir.

Les navetteurs boudent les alternatives
Alors qu'une nouvelle ligne Conforto annoncée par le TEC comme non touchée par la grève part du parking de Walibi pour relier directement Auderghem toutes les quinze minutes, pratiquement aucun automobiliste n'a testé cette alternative. 

Peu d'emplacements occupés
Mardi peu après 7h, seulement une demi-douzaine des 2.000 emplacements de parking mis à disposition par le parc d'attractions étaient occupés. Quant au grand parking de Louvain-la-Neuve, ouvert de manière anticipée et entièrement gratuit cette semaine, il abritait deux voitures seulement vers 7h15 alors que sa capacité est de 2.200 places. 

Avantages
Donnant directement sur les quais de la gare de Louvain-la-Neuve, il permet pourtant aux utilisateurs, moyennant quelques minutes de marche dans la cité universitaire, de prendre également des bus Conforto pour arriver dans la capitale.

  1. 23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    Une marche noire est prévue dimanche après-midi dans le centre de Bruxelles pour protester contre l'éventualité d'une demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux et celle effective de Michel Lelièvre. Le rassemblement est prévu à 12h00 sur le boulevard du roi Albert II, d'où des discours seront prononcés. Le départ est fixé à 14h00 et l'arrivée à 16h00 sur l'esplanade de l'Europe près de la gare du Midi, avant la dislocation du cortège à 17h00.
  2. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.