Image d'illustration
Plein écran
Image d'illustration © Photo News

Les profs pourront se proposer pour la garderie durant les vacances de Pâques

Vendredi soir, il a été décidé en Conseil national de sécurité de prolonger les mesures de confinement jusqu'à la fin des vacances de Pâques, avec maintien, au cours de ces deux semaines de vacances, d'une possibilité de garderie dans les écoles, comme c'est le cas actuellement. 

Samedi matin, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles s'est rassemblé pour préciser et ensuite communiquer aux acteurs de l'enseignement les modalités de cette garderie: le personnel qui est normalement en congé en période de vacances scolaires pourra bien l'être, mais la FWB compte sur quelques volontaires pour la garderie requise. 

Dans les écoles, "les membres du personnel habituellement en congé le sont bien durant les vacances de printemps", mais ceux "qui le souhaitent peuvent toutefois se porter volontaires pour participer à l'organisation d'une garderie dans les conditions prévues par le Conseil National de Sécurité", communique samedi midi le cabinet de la ministre de l'Éducation Caroline Désir. Les enseignants qui se porteraient volontaires pour se rendre à l'école verraient ces heures de garderie "assimilées à des prestations d'enseignement". 

Concrètement, chaque école devrait, dès mardi, savoir quels enfants ont besoin d'être gardés durant les deux semaines de vacances de Pâques, et quels membres du personnel sont volontaires pour travailler à la garderie. Le pouvoir organisateur pourra, sur base de ces informations, organiser la garderie si cela s'avère nécessaire. En cas de manque de personnel volontaire dans une école, il reviendra au bourgmestre et au coordinateur Accueil Temps Libre de trouver une solution, dans le cadre d'une circulaire ministérielle à venir. 

La règle reste la même que ces derniers jours: la garderie ne devrait être utilisée que pour les enfants dont les parents travaillent dans un secteur essentiel et/ou n'ont pas de solution de garde autre que les grands-parents, qui sont un public à risque face au coronavirus. Une circulaire sera envoyée à l'ensemble des établissements scolaires et pouvoirs organisateurs samedi après-midi, précise la ministre Désir.