Jean-Marc Nollet et Rajae Maouane
Plein écran
Jean-Marc Nollet et Rajae Maouane © BELGA

Les propositions d’Ecolo pour faire face à la crise du coronavirus

Si la crise du coronavirus est d'abord une crise sanitaire, l'instabilité économique, les risques et les mesures qui y sont liés pourraient particulièrement toucher des publics déjà vulnérables. Il faut veiller les à prendre en charge, souligne le parti Ecolo lundi. Dans un communiqué, le parti vert pense entre autres aux sans-abris et migrants, pour lesquels il souhaite une campagne de dépistage.

Ecolo s'était déjà joint à d'autres partis pour demander un dépistage massif de la population, ce qui est cependant impossible actuellement, avait répondu le ministre Philippe De Backer, en charge de la taskforce investie de cette question. 

Le parti vert a répété lundi sa préoccupation, particulièrement en ce qui concerne les personnes vulnérables et ceux qui les prennent en charge: il faut "fournir urgemment tous les équipements de protection aux équipes en première ligne et procéder à une campagne de dépistage pour les sans-abris et les migrants, ainsi que les travailleurs sociaux qui les prennent en charge", estime le parti.

Appel à l’armée

Une autre proposition des Verts est celle de faire appel à l'armée "pour mettre en place des installations humanitaires d'urgence et rendre certaines infrastructures non-stratégiques accessibles aux personnes vulnérables".

Dans le même ordre d'idée, il faut permettre "l'ouverture de chambres d'hôtes et autres gîtes aux publics les plus vulnérables, notamment les demandeurs d'asile ou les femmes victimes de violence", ajoutent les Verts. Utiliser des hôtels en manque de clientèle, dans le cadre de la crise du coronavirus, pour fournir un hébergement temporaire à des publics vulnérables est une piste déjà concrétisée à Bruxelles, avec plusieurs établissements hôteliers qui accueillent des sans abris en collaboration avec la Région ou la commune.

  1. Un faux infirmier viole les règles anti-Covid: quatre mois avec sursis
    Wavre

    Un faux infirmier viole les règles an­ti-Co­vid: quatre mois avec sursis

    Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a examiné vendredi, dans le cadre d'une procédure accélérée, un dossier qui avait fait du bruit le 1er avril dernier. En plein confinement, un homme déguisé en infirmier avait fait irruption dans un magasin de Limal (Wavre). Ne respectant pas les règles de distanciation sociale vis-à-vis du personnel ou des autres clients, il prenait des produits avant de les reposer dans les rayons, éternuait allègrement et avait léché sa carte bancaire avant de payer à la caisse. Une peine de quatre mois de prison avec sursis ainsi qu'une amende ont été requises.