Sans-abri à Charleroi
Plein écran
Sans-abri à Charleroi © Photo News

Les SDF de Charleroi à l’abandon: “Avec ce putain de coronavirus, on n’a plus rien”

InterviewsÀ Charleroi comme ailleurs dans le pays, les déplacements évitables sont proscrits à cause du coronavirus. Seuls ceux vers les magasins alimentaires et les pharmacies sont acceptés au même titre que les promenades et les joggings. Il est également fortement déconseillé d’utiliser de l’argent liquide. Ce qui met les personnes sans domicile fixe (SDF) dans une situation particulièrement délicate.

Ils ont faim et soif. Les sans-abri carolos sont encore plus aux abois qu’à l’accoutumée à cause de la crise du Covid-19. Sonia (35 ans) n’a pu que le constater lorsqu’elle est sortie prendre l’air mercredi aux alentours de 18h30. “J’étais au Boulevard de l’Yser quand un SDF m’a interpellée au loin: ‘Excusez-moi madame! Je ne suis pas méchant, vous savez. Mais vous n’avez pas un peu d’argent?’”

Crainte

L’homme s’est précipité vers elle: “Ça fait deux jours que je n’ai pas bu ni mangé. Avec ce putain de coronavirus, on n’a plus rien!” Malheureusement pour lui, Sonia n’avait rien pour lui venir en aide: “J’ai tout de même essayé de m’éloigner de lui pour éviter toute contamination du virus. J’ai réussi plus ou moins à garder mes distances, mais j’avais peur qu’il postillonne.”

Des SDF qui font appel à la générosité des Carolos, cela n’a rien d’inhabituel. Mais Sonia a remarqué une différence dans l’attitude de son interlocuteur: “On voyait qu’il était en panique et énervé.”

Autre cas

Michèle (68 ans) a fait le même constat. Alors qu’elle rentrait de la pharmacie mardi vers 11h30, un autre sans domicile fixe l’a abordée au Boulevard Paul Janson en lui demandant “une petite pièce”. Elle portait un peu d’argent sur elle, mais elle a préféré lui dire qu’elle n’en avait pas: “Je n’avais pas envie qu’il m’approche à cause du coronavirus.”

Dès lors, le SDF en question s’est mis en rogne: “Coronavirus, coronavirus... On n’est pas des pestiférés. On n’a plus à boire ou à manger. Allez! C’est bon, vieille gatte (NDLR. gatte signifie chèvre en wallon de Charleroi) !”

Agressivité

Michèle ne s’attendait clairement pas à une telle réaction: “L’agressivité est très vite montée. D’habitude, les SDF sont polis. Là, on sent qu’ils sont à cran. Ils n’ont plus de quoi vivre.”

D’autant plus que depuis que la période de confinement a été décrétée, le Resto du Coeur a dû fermer ses portes. Il ne pouvait plus assurer la distribution dans le respect des conditions d’hygiène édictées. Mais il a rouvert ce vendredi entre 11h et 13h30. Désormais, des colis alimentaires sont distribués car le take-away est autorisé.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    “Rouvrir les écoles en premier, l’horeca en dernier”

    Il faudra en premier lieu rouvrir les écoles, graduellement cesser le télétravail, et puis après rouvrir les cafés et restaurants, estime la ministre de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) en évoquant un retour à la normale après la pandémie de Covid-19. “C’est pourquoi nous devons soutenir au maximum le secteur horeca: nous oeuvrons avec chaque secteur à des mesures spécifiques pour rendre la relance possible”, assure-t-elle lundi dans Het Laatste Nieuws.