Les sévices infligés à Valentin visionnés à huis clos

VideoMe Alexandre Wilmotte, avocat des parties civiles au procès de l'assassinat de Valentin Vermeesch, a indiqué en début d'audience, mercredi, avoir transmis des conclusions en vue de solliciter le huis clos pour le visionnage des vidéos sur lesquelles la victime apparaît.

Les bourreaux de Valentin avaient en effet filmé une partie des sévices infligés au jeune homme.

La cour se penchera sur cette requête à l'issue de l'interrogatoire des accusés, a indiqué la présidente, Catherine Urbain.

Après Alexandre Hart mardi, c'est au tour de Belinda Donnay de livrer sa version des faits.

Dorian Daniels, Loïck Masson et Killian Wilmet seront encore interrogés par la suite.

  1. 23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    23 ans après la marche blanche, une marche noire à Bruxelles

    Une marche noire est prévue dimanche après-midi dans le centre de Bruxelles pour protester contre l'éventualité d'une demande de libération conditionnelle de Marc Dutroux et celle effective de Michel Lelièvre. Le rassemblement est prévu à 12h00 sur le boulevard du roi Albert II, d'où des discours seront prononcés. Le départ est fixé à 14h00 et l'arrivée à 16h00 sur l'esplanade de l'Europe près de la gare du Midi, avant la dislocation du cortège à 17h00.
  2. Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recherchées par Europol

    Une criminelle belge sur une nouvelle liste des femmes les plus recher­chées par Europol

    La criminelle quinquagénaire belge Hilde Van Hacker, en cavale avec son compagnon Jean-Claude Lacote après avoir tué un homme d’affaires britannique à la Côte en 1996, figure parmi les visages masqués mis en scène dans la nouvelle campagne “Crime has no gender” (soit “le crime n’a pas de sexe”) lancée vendredi par l’agence européenne de police criminelle Europol et visant à capturer les femmes les plus recherchées d’Europe. “Les gens pensent que d’habitude ces crimes ne sont pas commis par des femmes, mais ils le sont, et ils sont aussi graves que ceux commis par les hommes”, a commenté Tine Hollevoet, porte-parole d’Europol.