Plein écran
Illustration © Photo News

Les sociétés belges ont envoyé 206 milliards d’euros dans des paradis fiscaux en 2018

Un total de 82 milliards en 2016, 129 milliards en 2017, 206 milliards en 2018. Les entreprises belges effectuent de plus en plus de paiements vers des pays reconnus comme des paradis fiscaux par la Belgique, rapporte mercredi La Libre Belgique.

La loi belge impose aux entreprises qui effectuent des paiements de minimum 10.000 euros vers un paradis fiscal de le mentionner dans leur déclaration d'impôts. Cette obligation de transparence doit permettre au fisc belge de combattre plus efficacement les montages abusifs d'optimisation ou de fraude fiscales. 

"L'obligation déclarative porte sur tous les types de paiements: achats de marchandises, loyers, intérêts, redevances, commissions, remboursements d'un prêt,... Il est donc délicat de dire avec certitude à quoi correspond ce montant de 206 milliards d'euros", commente Emmanuel Philippe, avocat chez Bloom Law et professeur à ULiège.

"Il faut savoir que 80% des flux proviennent du secteur financier au sens large. Or, la majorité de l'argent envoyé par les banques belges dans des paradis fiscaux revient plus tard. Mais comme il n'y a aucune obligation de déclarer les flux entrants, on ne connaît précisément que ce qui sort de Belgique", complète Yannic Hulot est conseiller général à l'Inspection spéciale des impôts.

  1. Rénover les écoles? Il faut 1,2 milliard d’euros

    Rénover les écoles? Il faut 1,2 milliard d’euros

    Il faudrait plus d'un milliard d'euros pour remettre à niveau les bâtiments scolaires de la Communauté française et rattraper deux décennies de sous-investissements chroniques, rapporte Le Soir lundi, citant un état des lieux mené par le ministre Frédéric Daerden qui assure la tutelle sur Wallonie-Bruxelles Enseignement. Une estimation qui confirme celle que le ministre avait déjà évoquée dans une interview accordée à Sudpresse le 14 janvier dernier.
  2. Il tue deux personnes et conteste sa punition: “Les voitures de sport sont faites pour rouler vite”

    Il tue deux personnes et conteste sa punition: “Les voitures de sport sont faites pour rouler vite”

    Pour la justice, la culpabilité de Giovanni F. ne fait aucun doute. Deux jeunes d’une vingtaine d’années sont morts parce que la voiture de ce chauffeur de 26 ans a dévié de sa trajectoire et a percuté leur voiture. Giovanni F. conduisait à environ 200 km/h. Il a été condamné à une peine de prison et à une amende. Aujourd'hui, il conteste cette décision. “Les voitures de sport sont faites pour rouler vite”, dit-il.