Image d'illustration
Plein écran
Image d'illustration © Photo News

Les tenanciers de cafés en Wallonie et à Bruxelles introduisent une action en justice

Les tenanciers de cafés de Wallonie et de Bruxelles, fermés depuis le 13 mars dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus, se trouvent aujourd'hui "dans le brouillard le plus complet, complètement privés de tout revenu" depuis cette date, dénonce samedi la Fédération des cafés de Belgique (FedCaf). Elle annonce avoir décidé d'agir en justice aux côtés de ses membres afin de leur permettre de bénéficier des mesures essentielles à la poursuite de leurs activités.

"En Flandre, l'arrêté 'accordant de l'aide aux entreprises qui doivent obligatoirement être fermées à la suite des mesures relatives au coronavirus prises par le Conseil national de sécurité à partir du 12 mars 2020' permet de mettre davantage en lumière la discrimination créée par les dispositions adoptées en Région Wallonne et de Bruxelles-Capitale", dénonce la FedCaf. 

Cet arrêté prévoit en effet l'octroi d'un montant forfaitaire augmenté d'une prime de 160 euros par jour tenant compte de la durée de fermeture, avance la fédération qui souligne que "le caractère discriminatoire de l'indemnisation telle que décidée en Région de Bruxelles-Capitale et Région Wallonne apparaît avec plus de force encore". 

  1. Une quarantaine en labo sous supervision de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Une quarantai­ne en labo sous supervisi­on de virologues: la solution de Marc Van Ranst pour le chat péruvien

    Le désormais célèbre virologue Marc Van Ranst a communiqué à l’avocat de Selena Ali, la propriétaire du chat péruvien, que son laboratoire de l’université de Louvain pouvait se charger de la quarantaine de Lee. “Vu que la rage est une maladie excessivement mortelle, et qu’elle nécessite des précautions extrêmes, une période de quarantaine peut être nécessaire”, résume-t-il en ajoutant qu’il est hautement improbable que le petit chat développe la maladie ultérieurement.