Les touristes belges qui ont vandalisé un site archéologique au Chili ont été condamnés

Deux Belgo-Chiliens et une Belge, tous trois résidant en Belgique, ont été arrêtés en janvier après avoir été dénoncés pour avoir endommagé le site archéologique du géant d'Atacama. Ils ont été condamnés ce lundi, rapporte le site biobiochile.

Ce lundi, la cour de Pozo Almonte (ville de la région de Tarapaca au nord du Chili), s'est prononcée à l'encontre des trois touristes, deux Belgo-Chiliens et une Belge, qui ont endommagé irrémédiablement le Géant d'Atacama, un monument archéologique situé dans le désert d'Atacama.

Le 6 janvier dernier, les trois touristes, s'étaient rendus sur le site protégé du Géant de Tarapaca (ou d'Atacama) à bord de leur véhicule, causant d'importants dégâts au géoglyphe anthropomorphique millénaire, le plus grand au monde. Après avoir été dénoncés par un archéologue local et identifiés grâce à une caméra de surveillance, ils avaient été interpellés le 11 janvier à l'aéroport de Santiago, alors qu'ils s'apprêtaient à embarquer pour vol à destination de l'Europe.

Vendredi, le parquet de Tamargual avait requis une peine de trois ans de prison et 8.000 euros d'amende. La défense quant à elle plaidait la clémence avec une amende moindre et une peine de 61 jours de prison, en raison de la collaboration des suspects à l'enquête.

Finalement, le tribunal a suivi la réquisition du parquet. Le procureur en chef de Pozo Almonte, Hardy Torres, a approuvé cette décision qui marque un précédent en ce qui concerne les dommages causés à un monument national. "(...) le tribunal a accepté toutes les demandes du bureau du procureur et a imposé la peine la plus sévère possible pour un crime de ce type", s'est réjoui le procureur.

Cependant, étant donné l'absence de précédent et leur conduite exemplaire, les deux citoyens belgo-chiliens Wanda Larrocha López et Esteban Vilugron Silva ont obtenu une remise de peine sous conditions et devront se présenter chaque mois devant un juge pendant toute la durée de la peine. La justice doit encore examiner si elle accepte que cette condition soit exécutée en Belgique.

Concernant Nikolaou Panagiota, de nationalité belge, la peine de trois ans de prison a été commuée en une expulsion du pays -après s'être acquittée de l'amende- et l'interdiction de remettre les pieds sur le territoire chilien pendant dix ans.

Plein écran
Le géant d'Atacama dans le désert d'Atacama, dans la région de Tarapaca au Chili. © getty
  1. L’affaire Pauwels bouleversée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    L’affaire Pauwels boule­versée par une histoire de cœur? “Le chef d’enquête a pollué ce dossier comme un cancer”

    Me Frank Discepoli, avocat de Farid Hakimi, principal inculpé dans le cadre du dossier des home-jacking dans lequel est inculpé l'animateur Stéphane Pauwels, a demandé à la chambre des mises en accusation de la cour d'appel du Hainaut de prononcer l'irrecevabilité des poursuites, estimant que le chef d'enquête "a pollué ce dossier comme un cancer" en faisant des promesses à un autre inculpé. Il a été imité par d'autres avocats scandalisés par la tournure que prend ce dossier.